Biden accueille le premier ministre israélien à la Maison-Blanche

Le président américain Joe Biden a reçu vendredi à la Maison-Blanche le premier ministre israélien ...
Biden accueille le premier ministre israélien à la Maison-Blanche

Biden accueille le premier ministre israélien à la Maison-Blanche

Photo: KEYSTONE/AP/Evan Vucci

Le président américain Joe Biden a reçu vendredi à la Maison-Blanche le premier ministre israélien Naftali Bennett, au lendemain de l'attentat meurtrier à l'aéroport de Kaboul. L'attaque a jeté une ombre sur l'opération séduction déployée par Israël.

'Mes pensées et nos pensées à tous vont à ceux que nous avons perdus', a déclaré à l'issue de la rencontre le président des Etats-Unis, en référence aux soldats américains tués dans l'attaque. Après avoir présenté ses condoléances, M. Bennett a déclaré avoir 'amené [...] de Jérusalem un nouvel esprit de bonne volonté'. L'attaque avait forcé les deux dirigeants à reporter leur entrevue de 24 heures.

Le dirigeant israélien espère donner un nouveau départ aux relations avec les Etats-Unis, alors que l'ancien premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, pendant ses 15 ans au pouvoir, s'était rangé du côté républicain et avait contrarié les démocrates. Mais, lors de sa première visite officielle à l'étranger, de sa première visite officielle à l'étranger, Naftali Bennett s'est montré fidèle à nombre des positions intransigeantes de son prédécesseur.

Différences d'opinions

Citant l'Etat Islamique, le Hezbollah, le Djihad islamique ou le Hamas, le premier ministre a affirmé qu'il s'agissait d'autant de raisons pour lesquelles 'Israël doit toujours être beaucoup plus fort... que tous nos ennemis réunis.' Sur plusieurs points-clés, les positions de M. Bennett sont restées en opposition avec celles de la Maison-Blanche.

Le premier ministre a été porté au pouvoir en juin par une coalition idéologiquement divisée et, dans laquelle, son parti à la réputation belliciste ne tient qu'une poignée de sièges. Le dirigeant israélien a notamment affirmé vouloir continuer à construire des colonies et s'est dit contre un Etat palestinien dans les territoires occupés par l'Etat hébreu depuis 1967.

Israël s'oppose aussi farouchement au projet de M. Biden de revenir dans l'accord aujourd'hui moribond sur le nucléaire iranien de 2015, dont l'ancien président Donald Trump s'était retiré.

Dans le bureau ovale, le premier ministre israélien a affirmé que l'attentat de Kaboul démontrait le danger potentiel que représenterait l'Iran doté de l'arme nucléaire. 'Ces derniers jours montrent ce à quoi le monde ressemblerait si un régime islamique radical possédait l'arme nucléaire'.

Après avoir affirmé que les Etats-Unis avaient un 'engagement indéfectible' à l'égard de la sécurité de l'Etat hébreu, le président américain a, dans une allusion à leurs différences d'opinions, déclaré qu'ils allaient 'aussi discuter des moyens de faire progresser la paix, la sécurité et la prospérité pour les Israéliens et les Palestiniens'.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus