Des milliers de manifestants à Bagdad veulent « la chute du régime »

Des milliers de manifestants se massent vendredi aux portes de la Zone verte, lieu du pouvoir ...
Des milliers de manifestants à Bagdad veulent « la chute du régime »

Plus de 40 morts dans de violentes manifestations en Irak

Photo: KEYSTONE/AP/HADI MIZBAN

La contestation antigouvernementale a repris en Irak, avec des violences faisant vendredi plus 40 morts à Bagdad et dans le sud du pays. Les protestataires ont tourné leur colère contre les institutions publiques, QG de partis et factions armées.

Début octobre déjà, plus de 150 personnes avaient été tuées en une semaine, quasiment toutes des manifestants qui réclamaient 'la chute du régime'. Le mouvement s'était ensuite interrompu avant de reprendre jeudi soir sur l'emblématique place Tahrir de Bagdad.

Vendredi, les protestataires s'en sont pris à deux sièges de gouvernorat qu'ils ont incendiés dans le sud, avant d'attaquer des dizaines de QG de partis politiques et de factions armées. Au moins la moitié des 42 manifestants tués sont morts étouffés dans ces incendies ou touchés mortellement par des balles lors d'attaques contre des groupes de la puissante coalition des paramilitaires du Hachd al-Chaabi, premier allié du gouvernement du Premier ministre Adel Abdel Mahdi

A la mi-journée, le grand ayatollah Ali Sistani, plus haute autorité religieuse chiite d'Irak, avait appelé les forces de sécurité et les manifestants à la 'retenue' pour éviter le 'chaos'. Mais dans la nuit de vendredi à samedi, des incendies et des attaques ont été rapportés dans plusieurs provinces du sud du pays et des couvre-feux ont été déclarés.

Grenades lacrymogènes

A Bagdad, des milliers de manifestants étaient toujours rassemblés sur la place Tahrir, et des heurts limités se poursuivaient sur le pont al-Joumhouriya adjacent, qui mène à la Zone verte où siègent le pouvoir irakien et l'ambassade des Etats-Unis. Pour empêcher les manifestants d'y accéder, les forces de sécurité ont tiré des grenades lacrymogènes et assourdissantes. Des centaines de personnes ont été blessées.

En outre, trois manifestants ont été tués dans la ville côtière de Bassora (sud), en proie pendant l'été 2018 à une semaine de violences similaires.

Le Parlement a annoncé qu'il se réunirait samedi pour une séance dédiée aux demandes des manifestants et à l'étude des réformes sociales auxquelles M. Abdel Mahdi a appelé. Les manifestants, eux, réclament des changements radicaux: une nouvelle Constitution et une classe politique renouvelée dans le 12e le plus corrompu au monde.

Le grand ayatollah, qui passe pour faire et défaire les Premiers ministres, a lui aussi appelé à des réformes et à la fin de la corruption, l'une des revendications premières des manifestants. Il a semblé conserver sa confiance à M. Abdel Mahdi, entré en fonctions il y a un an jour pour jour.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus