Erdogan ouvre les portes de l'Europe aux migrants: réaction grecque

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé samedi de laisser les portes de l'Europe ouvertes ...
Erdogan ouvre les portes de l'Europe aux migrants: réaction grecque

Erdogan ouvre les portes de l'Europe aux migrants: réaction grecque

Photo: KEYSTONE/AP/Ismail Coskun

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a menacé samedi de laisser les portes de l'Europe ouvertes aux migrants. Il cherche en même temps un soutien occidental contre le régime syrien auquel il a promis de 'faire payer le prix' de ses attaques militaires contre Ankara.

A la frontière entre la Turquie et la Grèce où plusieurs milliers de personnes voulant se rendre en Europe ont afflué, la situation était très tendue. Des échauffourées mettent aux prises des policiers grecs tirant des grenades lacrymogènes et des migrants lançant des pierres.

Des milliers de migrants, notamment des Afghans, des Irakiens et des Syriens, ont passé la nuit à la frontière. Ils se regroupent autour de braseros de fortune à proximité du poste-frontière de Pazarkule (Kastanies, côté grec), selon des correspondants de l'AFP.

4000 migrants repoussés

Face à ces scènes qui réveillent le spectre de la grave crise migratoire qui a fait trembler l'Europe en 2015, la Grèce et la Bulgarie - également voisine de la Turquie - ont bouclé leur frontière. M. Erdogan a affirmé que 18'000 personnes avaient 'forcé les portes' pour passer en Europe vendredi, anticipant une vague de '30'000 personnes' samedi, des chiffres qui semblent surévalués par rapport à ce que les journalistes de l'AFP ont vu sur le terrain.

Athènes a indiqué samedi avoir empêché 4000 migrants venant de Turquie d'entrer 'illégalement' en Grèce. La Turquie, qui a conclu en 2016 avec Bruxelles un pacte visant à réduire le passage de migrants notamment vers la Grèce, a ouvert ses frontières vendredi afin de faire pression sur l'Europe pour obtenir davantage de soutien en Syrie.

Lourdes pertes

Jeudi, Ankara y a essuyé ses plus lourdes pertes depuis le début de son déploiement en Syrie en 2016. Pas moins de 33 militaires ont été tués dans des frappes aériennes attribuées au régime de Bachar al-Assad, soutenu par Moscou, à Idleb dans le nord-ouest de la Syrie. Un autre soldat turc a été tué vendredi.

Les forces turques ont riposté et ont affirmé samedi avoir détruit une 'installation d'armes chimiques'. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), une ONG, au moins 48 soldats syriens et 14 combattants du Hezbollah, allié de Damas, ont été tués dans des frappes turques.

'Ecartez-vous'

'Nous aurions préféré ne pas en arriver là. Mais puisqu'ils nous y ont poussés, alors ils vont en payer le prix', a déclaré M. Erdogan. Alors que les relations entre Ankara et Moscou se dégradent rapidement à cause de la crise d'Idleb, M. Erdogan a durci le ton envers le président russe Vladimir Poutine, avec qui il s'est pourtant efforcé de cultiver une étroite relation personnelle depuis 2016.

Lors d'un entretien téléphonique vendredi, 'j'ai dit à M. Poutine: 'Que faites-vous là-bas (en Syrie) ? Si vous voulez établir une base, allez-y, mais ôtez-vous de notre chemin. Laissez-nous seul à seul avec le régime'', a affirmé le président turc.

Plus conciliant, le ministère russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a affirmé samedi que Russes et Turcs avaient émis le souhait d'une 'réduction des tensions' en Syrie lors de rencontres entre hauts responsables des deux pays ces derniers jours. Selon le Kremlin, les deux présidents pourraient se rencontrer à Moscou la semaine prochaine.

Ces dernières semaines, M. Erdogan a plusieurs fois sommé les forces syriennes de se retirer de certaines zones à Idleb d'ici la fin février, menaçant sinon de l'y contraindre par la force. En théorie, ce délai arrive à expiration samedi à minuit.

Le régime syrien, appuyé par Moscou, mène depuis décembre une offensive pour reprendre la province d'Idleb, ultime bastion rebelle et jihadiste. Sur le terrain, des affrontements entre rebelles et régime se poursuivaient samedi autour de la ville stratégique de Saraqeb, dans le sud de la province d'Idleb, selon l'OSDH, qui note toutefois une réduction de l'intensité des bombardements russes et turcs.

Inquiétude internationale

La situation à Idleb suscite la vive préoccupation de la communauté humanitaire, qui a multiplié vendredi les appels à la fin des hostilités. Mais au-delà d'une solidarité verbale, Ankara réclame désormais de l'aide concrète.

'Nous ne pourrons pas faire face à une nouvelle vague de réfugiés' venue d'Idleb, a prévenu samedi M. Erdogan, accusant l'Union européenne de ne pas avoir fourni toute l'aide financière promise pour accueillir les réfugiés en Turquie. A la frontière grecque, où les nuages de gaz lacrymogène se mêlaient à la fumée âcre des feux de camps, les migrants attendaient l'occasion de passer.

/ATS