Guterres cible les féminicides et promet une parité à l'ONU en 2028

Le secrétaire général de l'ONU, critiqué pour son manque de fermeté sur les droits de l'homme ...
Guterres cible les féminicides et promet une parité à l'ONU en 2028

Guterres cible les féminicides et promet une parité à l'ONU en 2028

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

Le secrétaire général de l'ONU, critiqué pour son manque de fermeté sur les droits de l'homme, est venu à Genève avec un appel à l'action. Devant le Conseil des droits de l'homme lundi, il s'est alarmé des féminicides et a promis une parité totale à l'ONU d'ici 2028.

Les Etats ne peuvent s'appuyer sur leurs intérêts 'comme prétexte pour violer les droits de l'homme', a dit Antonio Guterres. Face aux 'divisions qui s'étendent', le secrétaire général a lancé à Genève un appel à l'action en sept points. Il a été régulièrement ciblé, récemment par des ONG et d'anciens hauts responsables onusiens, pour un manque de résolution à défendre les droits de l'homme.

Mentionnant les 'tensions' et 'tests' pour chaque pays sur cette question, notamment les responsables politiques qui alimentent les divergences pour des raisons électoralistes, il a brandi comme réponse 'les droits de l'homme'. Du changement climatique à la montée de l'extrémisme en passant par la faim dans le monde ou les difficultés économiques, M. Guterres a appelé à la mobilisation de tous les acteurs.

'Les droits de l'homme sont attaqués' et 'l'Etat de droit s'effrite', a-t-il à nouveau dit. Il estime que les droits économiques, sociaux et culturels, que la Chine défend en priorité, 'ne suffisent pas'.

Dans son appel, il demande aux Etats de mettre les droits de l'homme au centre de leur action sur les Objectifs de développement durable (ODD). La société civile doit pouvoir davantage participer et le secrétaire général promet une nouvelle politique au sein de l'ONU pour lui donner davantage de poids.

Libertés réprimées

M. Guterres a relevé que les droits de l'homme peuvent permettre d'éviter des conflits. Vingt-cinq ans après la plateforme de Pékin pour les droits des femmes, il demande davantage sur cette question. Ces droits sont en recul et le nombre de féminicides est 'alarmant'.

Il s'est félicité de la parité, pour la première fois, entre hommes et femmes parmi 180 secrétaires généraux adjoints et sous-secrétaires généraux de l'ONU atteinte début janvier. Une situation qu'il veut élargir à l'ensemble du système de l'ONU d'ici 2028.

Autre problème, de plus en plus de lois répriment les libertés fondamentales. Journalistes, défenseurs des droits de l'homme ou militants pour le climat sont eux victimes de ces politiques, relève M. Guterres. Il souhaite étendre la participation des jeunes, qui seront les plus affectés par la crise climatique.

Le secrétaire général a répété aussi son inquiétude sur les nouvelles technologies qui permettent d'identifier tous les individus. Il va plaider pour que les droits de l'homme 's'appliquent en ligne' et pour la protection des données.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus