L'UE adopte son nouveau corps européen de gardes-frontières

Erreur de rendu non gérée dans 'HitCounterNews' part: System.Exception: System.Data.SqlClient.SqlException: Transaction (Process ID 62) was deadlocked on lock | communication buffer resources with another process and has been chosen as the deadlock victim. Rerun the transaction. à System.Data.SqlClient.SqlConnection.OnError(SqlException exception, Boolean breakConnection) à System.Data.SqlClient.TdsParser.ThrowExceptionAndWarning(TdsParserStateObject stateObj) à System.Data.SqlClient.TdsParser.Run(RunBehavior runBehavior, SqlCommand cmdHandler, SqlDataReader dataStream, BulkCopySimpleResultSet bulkCopyHandler, TdsParserStateObject stateObj) à System.Data.SqlClient.SqlDataReader.ConsumeMetaData() à System.Data.SqlClient.SqlDataReader.get_MetaData() à System.Data.SqlClient.SqlCommand.FinishExecuteReader(SqlDataReader ds, RunBehavior runBehavior, String resetOptionsString) à System.Data.SqlClient.SqlCommand.RunExecuteReaderTds(CommandBehavior cmdBehavior, RunBehavior runBehavior, Boolean returnStream, Boolean async) à System.Data.SqlClient.SqlCommand.RunExecuteReader(CommandBehavior cmdBehavior, RunBehavior runBehavior, Boolean returnStream, String method, DbAsyncResult result) à System.Data.SqlClient.SqlCommand.RunExecuteReader(CommandBehavior cmdBehavior, RunBehavior runBehavior, Boolean returnStream, String method) à System.Data.SqlClient.SqlCommand.ExecuteScalar() à IceCube.Common.SQLGetScalar(String query, String connectionString, SqlParameter[] prms) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\Common.cs:ligne 2230 update Object10004 set Value36=Value36+1 where ObjectID=@ObjectID à IceCube.Common.SQLGetScalar(String query, String connectionString, SqlParameter[] prms) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\Common.cs:ligne 2253 à IceCube.BuiltInParts.ScalarQuerySlot.GetLiveValue(Int32 navID, Int32 zoneID, Int32 objectID) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\BuiltInParts\Scalar\ScalarQuerySlot.cs:ligne 80 à IceCube.BuiltInParts.ScalarQuerySlot.GetData(Int32 navID, Int32 zoneID) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\BuiltInParts\Scalar\ScalarQuerySlot.cs:ligne 117 à IceCube.BuiltInParts.ScalarQuerySlot.RenderCall(ITemplate currentTemplate, Int32 navID, Int32 zoneID, SitePart sitePartID) dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\BuiltInParts\Scalar\ScalarQuerySlot.cs:ligne 135 à IceCube.Rendering.CallPartBlockInfo.ToString() dans C:\Repository\Core\IceCube_Business35\Rendering\CallPartBlockInfo.cs:ligne 68
Le Parlement européen a approuvé mercredi la création d'un corps de 1500 garde-frontières et ...
L'UE adopte son nouveau corps européen de gardes-frontières

L'UE adopte son nouveau corps européen de gardes-frontières

Photo: Keystone

Le Parlement européen a approuvé mercredi la création d'un corps de 1500 garde-frontières et garde-côtes européens mobilisable rapidement pour aider un pays confronté à une pression migratoire exceptionnelle. Membre de l'espace Schengen, la Suisse y participera.

L'Agence européenne des garde-côtes et gardes-frontières sera bâtie sur les bases de l'agence européenne Frontex, dont la Suisse fait déjà partie. L'enjeu est d'éviter qu'un chaos à une frontière extérieure, comme celui qu'a connu la Grèce, n'ébranle à nouveau l'Union et ne remette en cause la libre circulation dans l'espace Schengen.

Ce nouvel outil ne disposera pas en propre de ressources humaines qui devront être mises à disposition par les Etats membres dans un délai très court. Selon l'Administration fédérale des douanes (AFD), la Suisse mettra 'jusqu'à seize collaborateurs' à disposition du 'Rapid Reserve Pool'.

Créée en 2005, l'agence Frontex, qu'elle devrait remplacer, ne dispose que de 400 personnes et de pouvoirs limités à un rôle de coordination entre les autorités nationales.

Droit d'intervention

'La législation devrait entrer en vigueur cet automne', ont indiqué les services du Parlement européen. Les pays européens ont dû surmonter entre eux les réticences de certains Etats, soucieux de préserver leur souveraineté.

Ils s'inquiétaient notamment du 'droit d'intervention' des gardes-frontières européens, que Bruxelles souhaitait pouvoir imposer dans un pays débordé, même si ce dernier ne sollicite pas d'aide.

Dans le texte adopté, ce n'est plus la Commission européenne, mais le Conseil, et donc les Etats membres, qui déciderait d'une intervention dans un pays ne demandant pas d'assistance, à la majorité qualifiée. Si le pays visé refuse, les autres pays pourraient réintroduire provisoirement des contrôles aux frontières intérieures de l'espace Schengen.

Pas de solution miracle

'Ce n'est pas la solution miracle pour résoudre la crise migratoire à laquelle l'Union européenne est confrontée ou pour restaurer une confiance totale dans l'espace Schengen, mais c'est un premier pas absolument nécessaire', a estimé le député letton démocrate-chrétien Artis Pabriks, rapporteur du projet de règlement devant le Parlement.

Le projet a été approuvé par 483 voix contre 181 et 48 abstentions. Il devrait maintenant être approuvé par les Etats membres et pourrait entrer en vigueur à l'automne.

La proposition de la Commission vise à résoudre les failles apparues, sous l'effet de la pression migratoire, au sein de l'espace Schengen qui garantit une liberté de circulation au sein de 26 Etats européens (22 Etats membres de l'UE, ainsi que la Suisse, la Norvège, l'Islande et le Liechtenstein).

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus