Le Covid-19 fait près de 1600 morts en 24 heures aux Etats-Unis

Les Etats-Unis ont déploré mardi 1592 décès supplémentaires liés au Covid-19 en 24 heures. ...
Le Covid-19 fait près de 1600 morts en 24 heures aux Etats-Unis

Le Covid-19 fait près de 1600 morts en 24 heures aux Etats-Unis

Photo: KEYSTONE/EPA/Oliver Contreras / POOL

Les Etats-Unis ont déploré mardi 1592 décès supplémentaires liés au Covid-19 en 24 heures. Un bilan journalier aussi lourd n'avait plus été atteint depuis deux mois et demi, selon le comptage de l'université Johns-Hopkins.

Les Etats-Unis dénombrent au total plus de 149'000 morts depuis le début de la pandémie, ce qui en fait de loin le plus endeuillé au monde.

Le pays a par ailleurs de nouveau recensé mardi plus de 60'000 cas d'infection au coronavirus en une journée, après une légère baisse ces deux derniers jours. Le nombre total de cas de Covid-19 diagnostiqués aux Etats-Unis dépasse désormais les 4,34 millions.

Après avoir connu une amélioration vers la fin du printemps, les Etats-Unis voient depuis fin juin l'épidémie repartir à la hausse, notamment dans le sud et l'ouest du pays. La Floride inquiète particulièrement. Avec 186 décès en un jour mardi, elle a dépassé les 6000 morts au total. Elle est désormais le deuxième Etat à recenser le plus de cas (plus de 440'000 au total), derrière la Californie.

Crainte d'une explosion de morts

Ces deux Etats ont dépassé le nombre d'infections détectées à New York, qui a longtemps été l'épicentre de l'épidémie américaine, mais où elle est désormais sous contrôle.

Face à l'explosion des nouvelles contaminations, les experts craignent que la courbe des morts ne suive la même trajectoire, avec retard, puisque le consensus scientifique est que la vague de décès suit de trois ou quatre semaines celle des infections.

Elle a déjà commencé à remonter. En fin de semaine dernière, le nombre de morts recensés avait dépassé la barre des 1000 décès quatre jours de suite, ce qui n'était pas arrivé depuis la fin mai.

Propos confus de Trump

Malgré cette nouvelle flambée de la pandémie, le ton présidentiel de Donald Trump n'aura duré que quelques jours. Mardi, il a une nouvelle fois envoyé des signaux contradictoires et confus sur le Covid-19, vantant l'hydroxychloroquine et se posant en victime de critiques injustes sur sa gestion de la crise sanitaire.

Visiblement fatigué, le 45e président des Etats-Unis a laissé pointer de l'amertume face à la popularité de l'immunologue Anthony Fauci et des autres scientifiques membres de la cellule de crise de la Maison-Blanche. 'Ils sont très respectés, mais personne ne m'aime. Cela doit être ma personnalité', a-t-il lancé.

Dans la nuit de lundi à mardi, Twitter a supprimé une vidéo - déjà supprimée sur Facebook et YouTube - sur la pandémie partagée par le président américain, en raison de désinformation. Elle montre un groupe de médecins expliquer, entre autres, que les masques ne sont pas nécessaires et qu'il 'existe un médicament' pour traiter le coronavirus, l'hydroxychloroquine.

Cet antipaludique a été promu avec force par Donald Trump au début de la pandémie, mais plusieurs études scientifiques ont conclu à son absence d'efficacité. L'agence américaine du médicament (FDA) a recommandé à la mi-juin de ne pas prescrire le médicament aux malades du Covid-19.

Interrogé spécifiquement sur une médecin de la vidéo, Stella Immanuel, Donald Trump a jugé qu'elle était 'très impressionnante'. Cette dernière a cependant promu par le passé l'idée que les Etats-Unis étaient gouvernés par des 'reptiliens' et que les problèmes gynécologiques étaient liés à des relations sexuelles avec des esprits du mal.

/ATS
 

Actualités suivantes