Le combat contre l'EI « loin d'être fini », dit un général américain

Le chef des forces américaines au Moyen-Orient a prévenu jeudi que les alliés devaient poursuivre ...
Le combat contre l'EI « loin d'être fini », dit un général américain

Le combat contre l'EI

Photo: KEYSTONE/AP/SARAH EL-DEEB

Le chef des forces américaines au Moyen-Orient a prévenu jeudi que les alliés devaient poursuivre une 'offensive vigilante' contre l'EI en Syrie. Les djihadistes préparent une résurgence de leurs attaques malgré l'élimination de leur califat physique, a-t-il averti.

'La réduction du califat physique est une réussite militaire monumentale, mais le combat contre l'EI et l'extrémisme violent est loin d'être fini et notre mission reste la même', a déclaré le général Joseph Votel devant une commission du congrès américain. Il a évalué à 'moins d'un kilomètre carré' le territoire encore contrôlé par l'Etat islamique (EI).

'Les observations récentes de nos hommes et femmes sur le terrain montrent que la population de l'EI, qui est évacuée des derniers vestiges du califat [à Baghouz, dans le Nord-Est syrien, ndlr] reste largement impénitente, résolue et radicalisée', a-t-il ajouté. Il a prévenu que la lutte contre l'EI entrait dans une nouvelle phase.

'Ce à quoi nous assistons aujourd'hui, ce n'est pas la capitulation de l'EI en tant qu'organisation. C'est, en fait, une décision calculée pour préserver la sécurité de leurs familles et conserver leur capacité en saisissant les chances qu'offrent les camps de déplacés ou en se cachant dans des zones reculées pour attendre le bon moment pour une résurgence', a-t-il encore dit.

Assassinats, attentats et embuscades

Le chef du commandement américain pour le Moyen-Orient (CENTCOM), qui doit prendre sa retraite dans les prochains mois, a expliqué qu'il faudra désormais s'attaquer à une 'organisation désagrégée' de dirigeants, de combattants et de facilitateurs passés dans la clandestinité, mais encore motivés par une idéologie extrémiste.

'Cela ressemblera beaucoup à une insurrection. Il y aura des attaques de niveau modéré. Il y aura des assassinats. Il y aura des attentats à l'explosif. Il y aura des embuscades au fur et à mesure qu'ils émergeront', a-t-il prévenu.

Le président Donald Trump avait annoncé brusquement en décembre le retrait total et immédiat des forces américaines déployées dans le nord-est syrien, déclarant une victoire totale contre l'EI. Depuis, il s'est laissé convaincre par le congrès et le Pentagone de ralentir le retrait et de laisser dans cette zone, qui n'est pas contrôlée par le régime syrien, une 'force résiduelle' qu'il a évaluée à environ 200 militaires.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus