Maroc: après une vidéo virale, l'agresseur présumé d'une femme arrêté

De l'utilité parfois des vidéos virales: la police marocaine a arrêté un homme apparaissant ...
Maroc: après une vidéo virale, l'agresseur présumé d'une femme arrêté

Maroc: après une vidéo virale, l'agresseur présumé d'une femme arrêté

Photo: Keystone/CHRISTIAN BEUTLER

De l'utilité parfois des vidéos virales: la police marocaine a arrêté un homme apparaissant dans une vidéo massivement partagée sur les réseaux sociaux en train de harceler une jeune femme et frapper sa voiture à Casablanca.

Firdaous Yousfi, une 'make-up artist' (maquilleuse) ayant 36'000 abonnés sur Instagram, a publié une vidéo en début de semaine montrant deux hommes en voiture tentant de lui faire barrage, visiblement pour la draguer, pendant qu'elle roulait seule à bord de son véhicule à Casablanca, dans l'ouest du Maroc.

La deuxième partie de la vidéo la montrait enfermée dans sa voiture à l'arrêt, en pleurs, pendant qu'un des agresseurs la menaçait en tapant nerveusement sur l'avant de son véhicule. L'un d'eux a été arrêté mercredi pour cette 'agression verbale et physique, conjuguée au harcèlement sexuel', a annoncé la DGSN, la police marocaine.

Il a été 'placé en garde à vue à la disposition de l'enquête', tandis que les 'investigations se poursuivent pour arrêter le deuxième suspect'. 'J'ai été atteinte dans ma dignité', a confié la victime à des médias locaux après la diffusion de sa vidéo, affirmant qu'elle avait porté plainte pour que ce 'genre d'actes ne se répète plus'. Selon l'instagrameuse, ses agresseurs l'ont suivie jusqu'à ce qu'elle s'arrête devant un commissariat.

Sa vidéo a été largement relayée par la presse locale, qui tire souvent la sonnette d'alarme sur le fléau des violences contre les femmes au Maroc, en particulier le harcèlement, alors que plusieurs cas d'agressions ont défrayé la chronique ces dernières années. Selon une étude officielle marocaine, les lieux publics sont les endroits où la violence à l'égard des femmes est la plus manifeste. Les remarques désobligeantes et les insultes y sont fréquentes.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus