Meng Meng et Jiao Qing, symboles vivants de l'amitié sino-allemande

Angela Merkel et le président chinois Xi Jinping ont présenté mercredi au public les deux pandas ...
Meng Meng et Jiao Qing, symboles vivants de l'amitié sino-allemande

Meng Meng et Jiao Qing, symboles vivants de l'amitié sino-allemande

Photo: Keystone

Angela Merkel et le président chinois Xi Jinping ont présenté mercredi au public les deux pandas Meng Meng et Jiao Qing. Ces 'ambassadeurs', désormais domiciliés à Berlin, seront en quelque sorte les représentants de l'amitié germano-chinoise.

'Nous avons ici deux sympathiques diplomates, c'est-à-dire les deux pandas' Meng Meng (petit rêve) et Jiao Qing (chéri) qui seront 'les ambassadeurs de nos deux pays', a plaisanté la chancelière allemande lors de la présentation au public des deux ursidés. Ceux-ci sont arrivés en Allemagne le 24 juin et sont hébergés au zoo de la capitale allemande.

Ils sont les seuls spécimens de cette espèce visibles aujourd'hui dans le pays. 'Nous ferons tout pour qu'ils se sentent bien ici', a assuré la chancelière. 'J'espère que Meng Meng et Jiao Qing pourront réduire la distance entre nos deux pays et devenir les émissaires de l'amitié de deux peuples', a déclaré de son côté M. Xi.

Maison des pandas

Les deux dirigeants ont inauguré un pavillon baptisé 'la Maison des pandas', où Meng Meng et Jiao Qing vont désormais résider. Ils ont dévoilé les enclos dans lesquels les deux animaux étaient en train de se restaurer, mordant goulûment dans des tiges de bambou, sous les regards d'une multitude d'officiels et de journalistes.

L'emménagement à Berlin de ces deux animaux, considérés comme des trésors nationaux en Chine, constitue un nouvel épisode de la 'diplomatie des pandas' instaurée par Pékin pour entretenir ses bonnes relations avec ses partenaires. La Chine n'a envoyé ces émissaires spéciaux que dans une douzaine de pays.

L'installation a coûté plus de 9 millions d'euros au zoo; auxquels s'ajoute une somme de près d'un million par an pendant 15 ans pour le prêt de Meng Meng et Jiao Qing.

Mise en scène commerciale

L'association allemande de protection des animaux aurait préféré que le parc investisse cet argent pour moderniser les cages des félins, des éléphants ou des ours polaires, explique un porte-parole. Elle critique également la mise en scène commerciale des deux plantigrades.

De son côté, l'organisation internationale PETA s'en prend aussi à un projet servant exclusivement les intérêts politiques et économiques. Elle ajoute que leur descendance ne pourra jamais retourner dans la nature, les comportements de survie ne s'apprenant pas dans un zoo. Depuis 2003, sept pandas élevés en captivité sur 400 ont été remis en liberté et cinq seulement ont survécu.

Le WWF pose pour sa part un regard plutôt positif sur cet emménagement. 'Les pandas sont des ambassadeurs pour leur espèce', indique un porte-parole. De plus, leur population a augmenté en Chine, constate le WWF.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus