Yémen: le groupe d'experts pourra poursuivre ses investigations

Le groupe d'experts qui a mené des investigations sur les abus au Yémen poursuivra ses travaux ...
Yémen: le groupe d'experts pourra poursuivre ses investigations

Yémen: le groupe d'experts pourra poursuivre ses investigations

Photo: KEYSTONE/EPA/NAJEEB ALMAHBOOBI

Le groupe d'experts qui a mené des investigations sur les abus au Yémen poursuivra ses travaux pendant un an. Malgré les pressions de l'Arabie saoudite, le Conseil des droits de l'homme a prolongé vendredi à Genève ce mandat.

Le lancement de ce groupe avait été obtenu il y a un an après plusieurs années de négociations. Mais celui-ci n'avait ensuite que peu de temps pour ses investigations. Dans son rapport publié en août, il avait affirmé que toutes les parties au conflit avaient potentiellement perpétré des 'crimes de guerre'.

Le Yémen, qui avait soutenu le compromis en 2017, s'est opposé au renouvellement du mandat du groupe dont il avait rejeté les conclusions. La résolution votée vendredi, portée par le Canada, a été approuvée par 21 Etats, dont la Suisse, contre 8 oppositions et 18 abstentions.

Elle 'encourage la guerre', a estimé l'ambassadeur yéménite à l'ONU à Genève qui a ciblé une 'politisation' du conflit. Il a ajouté que son pays ne collaborerait pas avec les spécialistes.

De son côté, l'Arabie saoudite, qui dirige la coalition arabe en soutien au gouvernement du président yéménite dans le conflit qui dure depuis près de 4 ans au Yémen, a tenté ces dernières semaines en vain de compromettre la résolution. La Suisse a à nouveau ciblé les violations perpétrées au Yémen. Elle estime que le prolongement du groupe doit permettre d'avancer dans la lutte contre 'l'impunité' dans ce pays.

Ce prolongement a été décidé alors que des consultations entre les parties au conflit avaient échoué début septembre à Genève en raison de l'absence des rebelles Houthis. Depuis, les violences se sont poursuivies notamment à Hodeïdah où arrive la plus grande partie de l'assistance humanitaire vers le Yémen. Selon l'ONU, le conflit a provoqué la pire crise humanitaire du monde. Il a fait quelque 10'000 victimes, en majorité des civils.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus