Une classe de profs pour le Cyberdéfi

Pendant que les élèves se défient, les enseignants les supervisent à distance. Le Cyberdéfi ...
Une classe de profs pour le Cyberdéfi

Les enseignants sur les bancs d'élèves pour leur répondre en live aux élèves lors du Cyberdéfi. Les enseignants sur les bancs d'élèves pour répondre en live aux élèves lors du Cyberdéfi.

Pendant que les élèves se défient, les enseignants les supervisent à distance. Le Cyberdéfi a lieu mardi matin durant deux heures dans les écoles secondaires du Jura et du Jura bernois. Ce 17e concours interclasses est organisé par le centre de ressources pour l’informatique à l’école des cantons du jura et de la Berne francophone, le Centre MITIC interjurassien. Il réunit quelque 10'000 élèves. Le championnat propose un angle différent sur des matières au programme dans le plan d’études romand, tout en sensibilisant les élèves à l’utilisation des médias, images, technologies de l’information et de la communication.

Les questions du concours sont élaborées en commun par une quinzaine d’enseignants de l’ensemble de la région. Leur mission du jour est de répondre sur un forum aux interrogations que ces questions soulèvent auprès des élèves. Comme dans une classe normale en fin de compte, sauf qu’ici, les enseignants répondent aux sollicitations par ordinateurs interposés. Jean Prétôt est enseignant à l'école secondaire de Haute-Sorne et participe depuis quatre ans à l’élaboration du Cyberdéfi. Durant la journée, il interagit avec les élèves. Le professeur sourit à la lecture d’une demande : « Finalement c’est comme d’habitude : les questions sont souvent liées à des mauvaises compréhensions des consignes... ». Profs et élèves communiquent donc depuis leur ordinateur. Dans la région, l’expérience dure une journée, lors du Cybredéfi, mais cette manière de faire pourrait se généraliser dans l’enseignement. Ce que nous confirme Jean Prétôt : « ça se fait déjà beaucoup dans d’autres régions du monde comme au Canada. Ici, nous n’avons pas les structures adaptées et les instituteurs oublient souvent qu’ils peuvent donner du travail à faire à la maison avec internet tout en ayant des résultats tout à fait satisfaisant. Internet c’est un outil, ça n’empêche pas de devoir apprendre l’orthographe », conclut l’enseignant. /lbr


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus