Petro Porochenko est le cinquième président de l'Ukraine

Petro Porochenko est devenu samedi matin le cinquième président de l'Ukraine indépendante. Présent à la cérémonie d'assermentation au Parlement de Kiev, le président de la Confédération Didier Burkhalter a salué les efforts de M. Porochenko pour tenter de résoudre la crise.

Elu dès le premier tour le 25 mai avec 54,7 % des voix, Petro Porochenko, 48 ans, a prêté serment sur la Constitution et l'Evangile. Il a ensuite été investi dans ses fonctions devant notamment le vice-président américain Joe Biden, le président du Conseil européen Herman Van Rompuy et de nombreux chefs d'Etat ou de gouvernement de l'Est de l'Europe.

Didier Burkhalter, qui avait aussi fait le déplacement, a salué le fait que M. Porochenko "recourt à la diplomatie internationale et à des contacts de haut niveau" pour tenter d'améliorer la situation, selon un communiqué de l'OSCE.

Le président de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a rencontré le nouveau chef d'Etat ukrainien en marge de la cérémonie d'investiture. Il lui a exprimé sa gratitude pour les efforts déployés afin de libérer les deux équipes d'observateurs de l'OSCE retenus en Ukraine.

Crimée ukrainienne

Didier Burkhalter a par ailleurs répété, comme lors de sa rencontre vendredi à Kiev avec le Premier ministre Arseni Iatseniouk, que l'OSCE est prête à soutenir le processus d'unification, notamment par l'organisation de nouvelles tables rondes sur le dialogue national.

Dans son discours d'investiture, Petro Porochenko a appelé les séparatistes de l'Est à déposer les armes et promis aux "mercenaires" un corridor pour quitter le pays. Il a en revanche refusé tout compromis avec la Russie sur l'orientation européenne de son pays et sur la Crimée.

"La Crimée a été et restera ukrainienne", a-t-il lancé, suscitant des applaudissements dans le Parlement. "Je l'ai dit clairement au dirigeant russe en Normandie", a-t-il ajouté.

S'adressant aux habitants du Donbass, région russophone contrôlée en grande partie par les rebelles et où il compte se rendre rapidement, M. Porochenko a promis une décentralisation du pouvoir et l'usage libre de la langue russe.

/ATS


Actualisé le