Droit de conduire: les femmes mettent un bémol à leur campagne

Seules une petite poignée de Saoudiennes ont pris le volant samedi, les militantes réclamant le droit de conduire ayant décidé d'éviter la confrontation avec les autorités. Elles ont toutefois décidé de poursuivre la campagne, mais sans faire du 26 octobre une date symbolique comme prévu.

Une quinzaine de femmes ont reçu des contraventions pour avoir conduit un véhicule dans le cadre de cette campagne, ont indiqué dimanche des responsables de la police.

"Six femmes au volant ont été arrêtées à Ryad par les policiers, qui leur ont infligé des amendes de 300 rials (environ 71 francs)", a déclaré la police dans la capitale saoudienne. Chaque femme et son tuteur masculin (père, frère, mari ou tout autre membre de la famille) ont dû "signer un engagement à respecter les règles en vigueur dans le royaume", a-t-il ajouté.

Les policiers ont également infligé des contraventions à deux conductrices à Jeddah (ouest). Six femmes ont aussi été interpellées dans la province orientale et au moins deux autres ailleurs dans le royaume, selon la presse.

Police déployée

La police avait été déployée sur plusieurs axes de Ryad. Par ailleurs, des barrages ont été placés dans certaines rues, notamment celles où habitent des militantes.

Les responsables de la campagne avaient appelé vendredi les femmes à s'abstenir de défier les autorités samedi, suite à d'intenses pressions du pouvoir. Plusieurs d'entre elles ont indiqué avoir reçu des appels du ministère de l'Intérieur leur demandant de ne pas conduire samedi, et le site de la campagne, "oct26driving.com", a été piraté.

"La date était uniquement symbolique. Les femmes ont commencé à conduire avant le 26 octobre et continueront à le faire après ce jour", a déclaré la militante Eman Nafjan. Certaines activistes ont affiché sur un compte Twitter le 31 novembre comme nouvelle date de la campagne.

Royaume ultraconservateur

L'Arabie saoudite, royaume ultraconservateur régi par une stricte application de la loi islamique, est le seul pays au monde où les femmes n'ont pas le droit de conduire. Elles ont besoin de l'autorisation d'un tuteur masculin - père, frère ou mari - pour voyager, travailler ou même se marier.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes