Ebola: quarantaine obligatoire pour certaines personnes à New York

Les gouverneurs de New York et du New Jersey ont ordonné vendredi une quarantaine obligatoire pour les personnes ayant eu des contacts avec des malades d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Un premier cas d'infection au virus a été confirmé jeudi dans la plus grande ville des Etats-Unis.

"Une mise en quarantaine volontaire n'est pas suffisante", a déclaré le gouverneur de New York Andrew Cuomo. "C'est un problème de santé publique trop grave", a-t-il ajouté.

Le gouverneur Chris Christie a cité l'exemple d'une femme arrivée vendredi à l'aéroport de Newark, après avoir soigné des malades d'Ebola en Afrique de l'Ouest. Il a ajouté qu'elle allait faire l'objet d'"un ordre de mise en quarantaine" de 21 jours.

Ces dispositions vont plus loin que les consignes fédérales. Elles font suite à l'hospitalisation d'urgence jeudi à New York d'un médecin de 33 ans chez qui le virus Ebola a été identifié, six jours après qu'il est rentré de Guinée où il aidait Médecins Sans Frontières (MSF) à traiter des malades d'Ebola.

Emploi du temps reconstitué

L'homme de 33 ans était vendredi "dans un état stationnaire". Il s'était rendu à l'hôpital immédiatement après avoir découvert qu'il avait de la fièvre. Les autorités ont reconstitué minutieusement son emploi du temps, afin d'identifier ses rencontres et les lieux où il s'est rendu, dans la ville de 8,4 millions d'habitants.

Le médecin, un spécialiste des situations médicales internationales d'urgence, avait essayé de s'isoler un minimum dans son appartement depuis son retour, limitant ses contacts et prenant sa température deux fois par jour. Mais il avait toutefois pris plusieurs lignes de métro.

La fiancée du médecin, avec laquelle il vivait, a aussi été placée en quarantaine, ainsi que deux amis proches qu'il avait vus mardi et mercredi. Son appartement a été scellé.

Le médecin est le premier cas détecté à New York, mais trois autres l'ont déjà été à Dallas (Texas), dont un cas mortel, un Libérien décédé le 8 octobre. Deux infirmières qui avaient contracté le virus en soignant le malade ont été officiellement déclarées guéries vendredi.

Le Libéria, la Guinée et la Sierra Leone, sont les trois pays les plus touchés par la fièvre hémorragique virale qui a déjà fait 4877 morts sur 9936 cas, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

/ATS


Actualisé le