Effondrement d'un théâtre à Londres: les enquêteurs à pied d'oeuvre

Une enquête était en cours vendredi pour déterminer les causes de l'effondrement spectaculaire en pleine représentation du plafond de l'Apollo Theatre de Londres. L'accident a fait 76 blessés, dont sept graves, mais aurait pu avoir des conséquences plus dramatiques.

Les fortes pluies qui se sont abattues jeudi soir sur la capitale britannique étaient considérées comme une cause possible de l'effondrement du plafond de ce théâtre datant de 1901.

Les météorologues ont confirmé qu'il y avait eu jeudi soir entre 19h00 et 20h00, peu avant l'accident qui a eu lieu vers 20h15 (21h15 en Suisse), des pluies particulièrement intenses représentant près de 14,5% du niveau mensuel moyen de précipitations sur Londres.

Un inspecteur du Westminster City Council (WCC), qui gère les théâtres anciens, a fait une inspection de la structure du bâtiment pendant la nuit et a jugé que "le toit du théâtre était sûr" et ne présentait pas de risques d'effondrement, a indiqué l'organisme public dans un communiqué.

Contrôles tous les trois ans

"Les théâtres historiques sont tenus de se soumettre à des contrôles de sécurité rigoureux de la toiture tous les trois ans", a déclaré Nickie Aiken du WCC.

"Pour le moment, nous savons qu'un certain nombre d'éléments de maçonnerie sont tombés du plafond", a, de son côté, indiqué Paul Rickett, chargé de l'enquête pour Scotland Yard.

Selon les pompiers, le faux plafond s'est détaché en morceaux sur une superficie de 100 m2. Vendredi matin, les services de secours ont diffusé une photo montrant les rangées de sièges en velours rouge couverts de gravats et de morceaux de poutres.

Pronostic vital pas engagé

Le théâtre est désormais fermé et sécurisé par un cordon de sécurité et les recherches à l'intérieur du bâtiment "sont terminées", ont précisé les pompiers.

Les services de secours ont précisé avoir traité 76 patients parmi lesquels 58 ont été transportés dans quatre hôpitaux de la capitale britannique. Une porte-parole de l'hôpital St Thomas a indiqué avoir soigné cinq enfants, dont trois autorisés ensuite à rentrer chez eux.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes