Boeing 777: nouveaux objets détectés par un satellite français

De nouveaux objets ont été détectés par un satellite français aux confins des océans Indien et Austral, où une opération d'envergure a été déclenchée. Elle vise à retrouver des débris du Boeing 777 de Malaysia Airlines qui a mystérieusement disparu il y a quinze jours.

La Malaisie a annoncé dimanche avoir reçu de la France des données satellitaires ayant détecté des objets flottant dans la principale zone de recherche, à environ 2300 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth.

On y voit "ce qui ressemble à des objets à proximité du couloir sud", a indiqué le ministère malaisien des Transports dans un communiqué.

Ces données ont été transmises à l'Australie, qui coordonne désormais les recherches. Elles s'ajoutent à celles obtenues par satellite les 16 et 18 mars, quelque part entre la pointe sud-ouest de l'Australie et l'Antarctique.

Espoir croissant

Il s'agit d'"un certain nombre d'objets proches les uns des autres dans la zone de recherche australienne" qui s'étend sur quelque 59'000 km2 dans une région parmi les plus inhospitalières de la planète, a indiqué le Premier ministre australien Tony Abbott.

"Il est encore trop tôt pour être certains, mais, de toute évidence, nous avons maintenant des signes très crédibles et il y a un espoir croissant, pas plus qu'un espoir, que nous sommes proches de savoir ce qu'il est advenu de l'avion," a déclaré M. Abbott.

Palettes en bois

Le coordinateur des opérations aériennes de l'AMSA Mike Barton a évoqué "une palette en bois et un certain nombre d'autres pièces indéfinies autour d'elle", notamment des sangles de différentes couleurs. Les palettes de bois sont communes dans les cargaisons des avions de passagers et de fret.

Huit avions civils et militaires ainsi que plusieurs navires marchands et bâtiments de guerre ont ratissé dimanche un périmètre de plusieurs centaines de km2 sans succès. Les recherches reprendront lundi avec la participation d'avions chinois et japonais.

La priorité est de retrouver la boîte noire, qui cessera d'émettre après 30 jours. Or la météo ne joue pas en faveur de la Malaisie et des 25 autres pays participant aux recherches. L'hiver approche en effet dans les mers australes.

/ATS


Actualisé le