Kenya: trente-neuf morts dans l'attaque d'un centre commercial

Les shebab somaliens liés à Al-Qaïda ont revendiqué samedi soir sur leur compte Twitter l'attaque contre un centre commercial de luxe à Nairobi. Le dernier bilan de cette action "punitive" s'établit à 39 morts et plus de 150 blessés. Deux Françaises figurent parmi les victimes.

Une dizaine d'assaillants masqués, selon des sources policières, ont fait irruption à la mi-journée dans le centre commercial "Westgate Mall", bondé à cette heure du jour. Ils ont ouvert le feu à l'arme automatique et à la grenade sur la foule cosmopolite rassemblée dans cet imposant bâtiment rectangulaire de quatre étages, l'un des lieux de promenade préférés des classes aisées de Nairobi.

Dans une allocution télévisée, le président kényan Uhuru Kenyatta a précisé avoir "personnellement perdu des membres de sa famille" dans l'attaque.

Européens et Américains touchés

La France a indiqué tard samedi soir que deux Françaises avaient été tuées. De son côté, le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a affirmé à la télévision britannique qu' "il y a sans aucun doute des ressortissants britanniques qui se sont retrouvés piégés dans cette attaque". Quant aux autorités américaines, elles ont annoncé qu'un nombre encore indéterminé de ressortissants américains avaient été blessés.

Réponse punitive

Les islamistes shebab ont revendiqué l'attaque sur leur compte Twitter dans un message posté peu après 20h00 (heure suisse). "Ils ont tué plus de 100 infidèles kényans et la bataille se poursuit", ont affirmé les islamistes. Ils ont évoqué des représailles à l'intervention de l'armée kényane dans le sud de la Somalie, qui s'y maintient depuis 2011 dans le cadre d'une force africaine soutenant le gouvernement somalien ayant infligé de nombreuses défaites aux islamistes.

les islamistes ont exclu dans la soirée d'entamer toute négociation avec les autorités kényanes. Un policier a parlé de "sept otages" aux mains du commando, mais ce nombre pourrait être plus élevé, vu la fréquentation des lieux au moment de l'attaque et l'étendue du centre.

/SERVICE


Actualisé le