L'armée a "totalement" pris Bunagana, fief politique du M23

L'armée congolaise est entrée mercredi à Bunagana, la dernière ville majeure que tenaient les rebelles du M23 dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), a annoncé le gouvernement de Kinshasa. Cette localité est le fief du président politique du M23.

"Depuis un peu plus d'une heure, Bunagana est totalement sous notre contrôle. On a combattu depuis tôt ce matin. Les autres [les rebelles, NDLR] ont décroché et certains se sont repliés sur les collines de Mbuzi et Chanzu, d'autres sont partis en Ouganda, comme Bertrand Bisimwa", le président de la branche politique du M23, a déclaré Lambert Mende, porte-parole du gouvernement congolais.

Un employé de la Croix-Rouge ougandaise, Tom Ndyanabo, avait annoncé un peu plus tôt la prise de cette ville, située à la frontière entre la RDC et l'Ouganda. "Des célébrations sont en cours", avait-il ajouté. Un officier de la Mission de l'ONU pour la stabilisation de la RDC (Monusco) a également confirmé la chute de cette ville.

Bunagana avait été prise l'an dernier par les hommes du M23. Elle est tombée sans combats, les insurgés s'en étant retirés avant l'arrivée des troupes régulières de la RDC.

Progression de l'armée

Depuis la semaine dernière, l'armée congolaise, appuyée par les casques bleus de la Monusco, la mission d'observation de l'Onu en RDC, ont infligé une série de revers aux rebelles du M23. Lundi dernier, l'ambassadeur de France aux Nations unies, Gérard Araud, a annoncé que la rébellion était "militairement finie".

"Nous progressons, nous ne nous arrêterons pas, nous allons en finir une fois pour toute avec le M23", déclarait mercredi un officier de l'armée congolaise avant la prise de Bunagana. D'après la Monusco, plusieurs dizaines de combattants rebelles se sont rendus.

L'arrestation annoncée par des médias locaux du chef du M23, Bertrand Bisimwa, a en revanche été démentie par un porte-parole de l'armée ougandaise.

Près de 5000 réfugiés

Les combats "ont provoqué d'importants déplacements de population vers l'Ouganda, ils se déroulent très près", a expliqué Lucy Beck, porte-parole du Haut commissariat de l'ONU pour les réfugiés (HCR) dans le sud-ouest de l'Ouganda.

"Hier (mardi) et lundi, environ 3000 réfugiés ont traversé la frontière et encore environ 2000 ce (mercredi) matin", a-t-elle ajouté.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes