Afghanistan: Ashraf Ghani remporte 56,4 % des voix

Ashraf Ghani est arrivé en tête à l'issue du second tour de la présidentielle afghane avec 56,4 % des voix, selon les résultats préliminaires annoncés lundi par la commission électorale indépendante (IEC). Son adversaire Abdullah Abdullah est donné à 43,5 %.

Cette annonce, plusieurs fois retardée, n'a pas dissipé la confusion qui règne autour du scrutin. M. Abdullah, arrivé largement en tête à l'issue du premier tour, refuse de le reconnaître sans un examen plus approfondi des fraudes qui risquent selon lui de lui voler la victoire.

Les chiffres annoncés ne sont pas "définitifs", a dit le président de la commission électorale indépendante (IEC) Ahmad Yusuf Nuristani en rendant publics les résultats.

"Cela ne désigne pas le gagnant" de l'élection, parce qu'il reste l'étape de l'examen des plaintes à propos du scrutin, qui doit être mené par la commission des plaintes (ECC), a-t-il également ajouté, sans préciser combien de votes pouvaient être concernés.

Craintes de violences

Selon l'IEC, plus de 8 millions de votes ont été enregistrés lors du second tour du 14 juin, sur un total de 13,5 millions d'électeurs, soit beaucoup plus qu'au premier tour où ils ont été établis à environ 6 millions.

Ce total bien supérieur à ce qui était anticipé pourrait nourrir des accusations de fraudes massives dans le camp de M. Abdullah.

Certains observateurs, dont l'ONU, craignent qu'une impasse politique ne dégénère en tensions voire en violences communautaires, au moment délicat où les troupes de l'OTAN se préparent à quitter le pays en fin d'année.

Fraude reconnue

M. Nuristani a reconnu la présence de fraude dans le scrutin. "L'IEC admet qu'en dépit des meilleurs efforts pour une élection meilleure, il y a eu des erreurs techniques et des lacunes dans le processus", a-t-il dit.

"Nous ne pouvons pas nier la fraude et les violations du processus, dans certains cas, des forces de sécurité ont été impliquées, dans d'autres cas de hauts responsables du gouvernement comme des gouverneurs ou des personnes de niveau moins élevé", a-t-il ajouté.

L'annonce des résultats est intervenue avec cinq heures de retard, après que les responsables de l'IEC se sont réunis. Depuis le second tour, M. Abdullah dénonce des bourrages d'urnes massifs au profit de M. Ghani, qui a de son côté rejeté en bloc ces accusations et revendique une victoire "dans les règles".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes