Les critiques se multiplient suite à la paralysie de l'Etat fédéral

Le monde économique et politique s'est inquiété jeudi particulièrement d'un potentiel défaut de paiement des Etats-Unis après le 17 octobre. Les marchés ont jusqu'à présent gardé leur calme, mais les investisseurs s'interrogent sur l'impact de ce blocage sur la demande et la croissance.

Pour l'agence officielle Chine Nouvelle, le blocage budgétaire aux Etats-Unis "met en lumière la face affreuse de la politique partisane à Washington". L'agence officielle ajoute que, même si son impact immédiat semble limité, "les dégâts se multiplieront si la situation se poursuit pendant des jours, voire des semaines, suscitant des inquiétudes sur les risques de contagion".

Nervosité ambiante

Les signes de nervosité sont particulièrement notables chez les pays émergents qui ont enregistré un départ de capitaux cet été vers les Etats-Unis, dans l'attente d'un relèvement des taux américains. Pour le ministre philippin des Finances Cesar Purisima, le blocage "est malheureux pour le reste du monde, car même des pays comme les Philippines sont emportés à cause du jeu de vilains à Washington".

"Un pas de danse hélas familier à Washington", s'est lamenté le quotidien "Indian Express". "Un conflit politique vain", a renchéri le quotidien des affaires japonais "Nikkei".

"Risque" pour le monde

En Europe, où les économies peinent à se remettre sur pied après des années d'atonie, ministres et hauts responsables redoutent des répercussions sur la reprise. Cette paralysie représente, "si elle se prolongeait, un risque pour les Etats-Unis et pour le monde", a estimé mercredi le président de la Banque centrale européenne (BCE), Mario Draghi.

De son côté, la directrice générale du FMI Christine Lagarde a estimé qu'une impasse sur la dette publique américaine, qui doit être relevée pour éviter un défaut de paiement du pays, serait "bien pire" que l'actuelle paralysie budgétaire aux Etats-Unis.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes