Pour maîtriser les flammes, les pompiers fusionnent deux incendies

Les pompiers ont délibérément fusionné deux énormes feux de brousse mardi dans le sud-est de l'Australie pour les ramener sous contrôle. Des dizaines d'incendies ont été éteints ou quasiment maîtrisés, mais 57 restaient actifs dont 17 estimés hors contrôle.

Les deux incendies "ont été fusionnés de manière volontaire et sous la surveillance" des pompiers, une opération qui consiste à brûler, sous contrôle, les broussailles entre les deux feux et de les priver ainsi de leur carburant, a expliqué le chef des pompiers de l'Etat, Shane Fitzsimmons.

Les équipes - plus d'un millier de personnes et 84 avions anti-incendie - ont travaillé toute la nuit de lundi à mardi le long des sentiers et des routes d'une zone forestière à l'ouest de Sydney.

Les pompiers craignent que la montée prévue des températures mardi et mercredi accroisse encore la violence du feu et le réunisse avec un 3e incendie, dans les Montagnes bleues, à une centaine de km de Sydney, ce "méga-incendie" pouvant alors menacer plusieurs zones habitées.

Les habitants de plusieurs villages, dont Mount Irvine, Bilpin, Hartley Vale, ont d'ailleurs été invités à quitter leurs habitations. A Yellow Rock, des habitants revenus après le passage des flammes constataient l'étendue du désastre. Pour beaucoup, leur vie a été réduite en cendres.

"Les prévisions pour demain (mercredi) sont aussi mauvaises que possible", a prévenu Shane Fitzsimmons, avec une température tournant autour de 30 degrés, une moindre humidité et des vents soufflant à plus de 100 km/h. L'interdiction totale de faire du feu en plein air,dans tout l'Etat, a été maintenue, ont précisé les autorités.

Plus de 200 maisons détruites

La Nouvelle-Galles du sud, l'Etat où se trouve la plus grande ville d'Australie, connaît une situation d'urgence sans précédent depuis 50 ans, en raison de la sécheresse et de températures anormalement élevées.

Plus de 200 habitations ont déjà été détruites et 120 autres endommagées par ces brasiers qui sévissent depuis la semaine dernière dans cette région.

/SERVICE


Actualisé le