Le champ de glace de la discorde

Les utilisateurs de la patinoire de Porrentruy ne veulent pas d’une rénovation du bâtiment ...
Le champ de glace de la discorde

Projet nouvelle patinoire, Porrentruy Projet nouvelle patinoire, Porrentruy

Les utilisateurs de la patinoire de Porrentruy ne veulent pas d’une rénovation du bâtiment. Ce projet est soutenu par les autorités cantonales et par la municipalité de Porrentruy. Le HCA, le curling club d’Ajoie et le club des patineurs d’Ajoie réclament la construction d’une nouvelle patinoire. Le projet Esplanade prévoit la création d’un second champ de glace pour le hockey et la rénovation de l’actuelle patinoire pour le curling et le patinage artistique.

L’argent, le nerf de la guerre

Les utilisateurs de la patinoire sont conscients que l’engagement financier est conséquent pour les communes d’Ajoie et du Clos du Doubs. Ils s’engagent donc à mettre à disposition une certaine somme  pour la construction d’un second bâtiment. Les trois clubs proposent de mettre à disposition 1,5 millions de francs au minimum. Ce fond proviendra, entre autres, du soutien financier des Ajoulots à leur patinoire. Deux conditions sont posées. Premièrement, cet investissement n’est valable que pour le projet de deux patinoires. Ensuite, les clubs deviendront partenaires dans la réflexion du choix du projet au même titre que le SIDP (syndicat intercommunal du district de Porrentruy), la commune de Porrentruy et le canton.

L’impossibilité de croître

Le curling club d’Ajoie est victime de son succès. En moins de 2 ans, il a triplé le nombre de ses membres. Ils sont actuellement 45 à pratiquer ce sport. Le club a la surface de glace à disposition seulement 2 heures par semaine, le lundi soir. A l’heure actuelle, la patinoire est sur-occupée. Le club ne peut donc plus accepter de nouveaux adhérents, proposer des initiations, organiser des championnats ou encore développer une équipe junior. La qualité de la glace pose également problème, elle est médiocre après les entraînements des hockeyeurs qui martèlent la surface avec leurs patins.

Des membres qui partent ou qui arrêtent

Le constat est le même pour le Club des patineurs d’Ajoie (CPA). Les 65 membres ne parviennent pas à s’entraîner correctement sur la patinoire. Le CPA dispose de 10 heures de glace par semaine, alors qu’il en faudrait une douzaine. Certaines patineuses ont arrêté, faute de pouvoir s’entraîner de manière optimale. D’autres ont choisi de travailler sur une autre patinoire, et parviennent à obtenir de bons résultats dans d’autres clubs.

Le HCA: une patinoire désuète

Le HCA compte 350 membres qui occupent 1250 heures de glace par année. L’année prochaine une équipe féminine voit le jour. Or, la patinoire est saturée et les responsables auront des problèmes pour débloquer des heures de glace. Par ailleurs, le bâtiment est devenu désuet et ne répond plus aux conditions de la ligue suisse de hockey. Il a obtenu le score de 2,6 points sur 10 au dernier contrôle. D’ici 2015, des mesures doivent impérativement être prises, sinon la licence de ligue B ne sera plus octroyée au HCA. De plus, le projet de rénovation comprend de sérieuses lacunes : le nombre de places assises et l’accueil des fans adversaires, entre autres. Si l’option rénovation est retenue, le club ne pourra plus s’entraîner dans la patinoire pendant le chantier. Pour le Président du HCA, Patrick Hauert, le club ne peut pas se passer de ses supporters et de ses sponsors pendant la durée de la rénovation.

Le canton en tant qu’investisseur

Selon le regroupement des clubs, le canton doit devenir un partenaire financier. Il met en exergue l’article 17 de la nouvelle loi sur le sport : « L’Etat doit assumer ses responsabilités en matière d’équipements sportifs. … En application de l’article 15 de la présente loi, qui stipule que les normes de compétition doivent, si possible, être respectées, l’Etat pourrait, en collaboration avec des tiers, privés et/ou publics, aménager des installations sportives à caractère cantonal ou intercantonal permettant le déroulement de compétitions nationales ou internationales. »

Du côté du canton, l’article 17 ne s’applique pas à la construction ou la rénovation de la patinoire. Il concerne principalement les installations cantonales destinées aux écoles. L’apprentissage du patin ne fait pas parti d’une obligation, au même titre que le ski. Le canton apprécie que les élèves puissent s’adonner à ce sport, mais ce n’est pas une nécessité.

La ministre Elisabeth Baume-Schneider rappelle que le Gouvernement est ouvert à un projet raisonnable, financièrement. La ministre des sports incite au dialogue entre tous les partenaires, et trouve dommageable que les utilisateurs mettent sous pression les communes. /nqu


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus