Un rayon de soleil pour le FC Alle

Le FC Alle peut respirer. La menace de faillite qui pesait sur le club ajoulot est provisoirement ...
Un rayon de soleil pour le FC Alle

Le FC Alle peut respirer. La menace de faillite qui pesait sur le club ajoulot est provisoirement écartée. Une audience s’est tenue jeudi devant le Tribunal de première instance à Porrentruy. La juge Lydie Montavon-Terrier a homologué le concordat proposé par le FC Alle.

Cette affaire fait suite à la reprise du club en novembre 2011. Philippe Bailly avait alors succédé à David Raccordon à la présidence des Cras. Il est très vite apparu à la nouvelle équipe dirigeante que le FC Alle souffrait de surendettement. 33 créanciers sont sortis du bois, dont David Raccordon. Et c’est justement lui que le FC Alle a retrouvé jeudi devant le Tribunal.

Un jugement en trois points

La juge a dû se convaincre de trois éléments pour rendre son verdict. Tout d’abord que la majorité des créanciers adhère au concordat. C’est chose faite puisque 32 ont donné leur aval. Seul David Raccordon s’y est opposé. Deuxième élément, et c’est le plus complexe, il faut deux tiers de créances admises pour valider un concordat. David Raccordon s’opposait à ce point. Mais la juge a clairement démontré qu’une partie des créances de l’ex-président du FC Alle n’était pas vraisemblable, notamment car elles n’ont pas été présentées à l’assemblée générale du club ajoulot. Au final, un peu moins de 68% de ces créances ont été admises. Deuxième point en faveur de la partie requérante. Enfin, le troisième élément est la garantie financière du club. Le FC Alle en possède une à hauteur de 100'000 francs, alors que le calcul de la juge en nécessitait une de 72'800 francs. Troisième point et donc victoire pour le club ajoulot. Le président Philippe Bailly nous a avoué son soulagement au terme des débats. « Ça fait quand même un an qu’on se bat pour arriver à ce résultat. C’est une première étape importante pour le FC Alle. »

David Raccordon peut demander une motivation écrite du jugement dans les dix jours. Dès réception de ce courrier, il aura ensuite à nouveau dix jours pour faire recours auprès de la cour civile. /msc


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus