Cruel dénouement pour la Nati

La Suisse est éliminée de l’Euro. Malgré une très bonne prestation à partir de la seconde période ...
Cruel dénouement pour la Nati

Admir Mehmedi et ses coéquipiers sont passés tout près... Admir Mehmedi et ses coéquipiers sont passés tout près...

La Suisse est éliminée de l’Euro. Malgré une très bonne prestation à partir de la seconde période, la Nati s’est inclinée aux tirs au but face à la Pologne en huitième de finale après un match 1-1 à l'issue des prolongations.

La « loterie » des tirs au but a encore montré que son surnom n’était pas usurpé. Le destin a choisi l’un des meilleurs joueurs suisses de ce tournoi, Granit Xhaka, pour subir le supplice d’un tir au but raté. Sa frappe, dévissée et à côté des buts du gardien Fabianski, a scellé le sort d’une Nati qui jusque-là s’était pourtant donnée les moyens d’écrire son histoire. A l’inverse, les tireurs polonais, Krychowiak en dernier lieu, n’ont pas tremblé ni laissé la moindre chance à Yann Sommer.

Après une première mi-temps où elle a souvent été dépassée par la vitesse des milieux polonais et ce but de Blaszczykowski, l’équipe de Suisse a totalement asphyxié la Pologne. En 2ème période, elle a assiégé le but de Fabianski jusqu’à ce retourné acrobatique phénoménal de Xherdan Shaqiri (82e) pour l’égalisation. Un but somptueux qui serait entré dans la légende si la Suisse s’était qualifiée. Le milieu de terrain de la Nati a d’ailleurs plusieurs fois illuminé de ses éclairs le jeu offensif de son équipe et a haussé son niveau à la hauteur de l’événement.

Avant son but égalisateur, Rodriguez sur coup franc a buté sur un grand Fabianski. Puis Haris Seferovic a touché la barre d’une frappe puissante. En prolongation, la Nati a maintenu sa domination et Eren Derdiyok a bénéficié de deux balles de quart de finale. Une première de de la tête encore claquée par le gardien polonais Fabianski. Puis un nouveau duel perdu. La Nati peut, somme toute, être fière du match qu’elle a fourni. Cela ne suffira malheureusement pas à consoler son chagrin. /jpi


Actualisé le