L'Arche de Noé prend le large

Le musée dédié à la taxidermie expose une douzaine de nouveaux moulages d'animaux marins.
L'Arche de Noé prend le large

Le musée dédié à la taxidermie expose une douzaine de nouveaux moulages d'animaux marins

Christian Schneiter devant certains moulages de l'exposition « Faune marine », à la galerie L'Arche de Noé à Vicques. Christian Schneiter devant certains moulages de l'exposition « Faune marine », à la galerie L'Arche de Noé à Vicques.

L'Arche de Noé à Vicques propose une plongée dans le grand large. Le maître des lieux, Christian Schneiter, accueille une nouvelle exposition dédiée aux fonds marins, intitulée « Faune marine ». Une dizaine de reproductions de requin, thon, raies et autres spécimens sont à voir jusqu'au 1er janvier 2020. Deux sculptures complètent la collection : celle d'un delphineau et celle d'une baleine, réduite pour des raisons pratiques à son huitième (la création fait 4 mètres, au lieu de 32 !).

Une curiosité de la nature

Les moulages en résine ont été réalisés en collaboration avec des taxidermistes français, amis de Christian Schneiter : « Pour ma part, j’ai choisi les spécimens que je souhaitais exposer et j’ai travaillé aux fixations », explique l'habitant de Vicques. Et parmi ces spécimens justement, une curiosité de la nature : le coelacanthe (à prononcer [selakɑ̃t]). Ce poisson a été découvert en 1938. Jusqu'alors, il n'était connu qu'à l'état de fossile. Le sujet présenté à la galerie L'Arche de Noé provient d'un moulage réalisé sur un coelacanthe conservé dans l'alcool au Musée royal de l'Afrique centrale, en Belgique.


Sensibiliser les visiteurs

Grâce à cette exposition, Christian Schneiter veut permettre au public de découvrir des poissons et autres cétacés qu'on ne voit souvent que dans les livres ou à la télévision. Il estime aussi essentiel de sensibiliser les visiteurs à la disparition de certaines espèces, liée à la pêche intensive : « On parle toujours de la disparition des mêmes animaux : les rhinocéros, les éléphants, les tigres, mais on oublie de parler des requins ou du thon rouge. Ici, le but c'est de montrer ces animaux, de dire "Attention, leur population est en train de baisser", et d'inciter à changer nos habitudes de consommation. »

« Faune marine » est à voir jusqu'au 1er janvier 2020 à Vicques, aux heures d'ouverture du musée. Christian Schneiter espère pouvoir ensuite louer ses spécimens à d'autres galeries, ou à des centres commerciaux, afin de faire voyager l'exposition. Il compte d'ailleurs l'allier à son travail sur les requins, présenté au printemps dernier. /cto


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus