La méthode Montessori appliquée aux seniors

La fondation des Chevrières à Boncourt est l’un des premiers établissements pour seniors au ...
La méthode Montessori appliquée aux seniors

La fondation des Chevrières à Boncourt est l’un des premiers établissements pour seniors au monde à viser la certification. Les premiers résidents de la nouvelle unité de l’EMS de Boncourt occuperont les lieux dès début avril

Chaque détail des locaux ont été pensés d'après la méthode Montessori. Par exemple, les seniors auront accès à des espaces où ils pourront bouquiner tranquillement. (Photo : Remedia prod.). Chaque détail des locaux ont été pensés d'après la méthode Montessori. Par exemple, les seniors auront accès à des espaces où ils pourront bouquiner tranquillement. (Photo : Remedia prod.).

Les Ecureuils. C’est le nom de la nouvelle unité du foyer de Boncourt. L’unité de vie psycho-gériatrique (UVP), dont les travaux se terminent ces jours, prend place sur un terrain où se trouvaient les neufs studios du home. Les besoins ont cependant changé ces dernières années et il était le moment de s’adapter selon Thierry Bregnard, président du Conseil de Fondation des Chevrières. 

« Maintenant, les seniors restent plus longtemps à domicile. Ces studios s’apparentaient aux appartements adaptés. Par contre, la population vieillit et il y a de plus en plus de personnes atteintes d’Alzheimer, explique Thierry Bregnard. Elles nécessitent des soins adaptés. Les UVP se développent donc ici et là, comme les Ecureuils, ici, à Boncourt. » La demande est là, appuie Geoffrey Hemart, directeur-adjoint.

Geoffrey Hemart : « C'est pas parce qu'elles entrent en EMS qu'elles ne savent plus rien faire »

Une formation en direct depuis l'Australie

L’EMS boucourtois mise sur la nouveauté dans le cadre des quinze lits qu’il mettra à disposition de ses quinze résidents dès le 6 avril. Il adopte la méthode Montessori, qui à l’heure actuelle est surtout connue dans le domaine de l’éducation, chez les jeunes. Appliquée aux personnes âgées, elle vise à laisser le pensionnaire acteur de sa vie, à l’encourager à agir, à accomplir des choses par lui-même et à relever ses compétences plutôt que de soulever ses défaillances ou incapacités.

« Notre personnel a été formé en visio-conférences par l’un des trois fondateurs de la méthode appliquée aux homes, depuis l’Australie, avec des traducteurs, explique Simon Coste, directeur des Chevrières. Nous faisons partie des premiers établissements pour seniors au monde à appliquer cette méthode. Nous faisons en quelque sorte office de projet-pilote. » L’établissement souhaite obtenir une certification. Il pourrait être le premier établissement à l’obtenir selon Simon Coste, qui estime que celle-ci serait décernée d’ici deux ans si tout se passe comme prévu.

Simon Coste: « Je pense qu'on peut être dans un endroit fermé et se sentir libre »

L’idée de ne pas « tourner en rond »

Cuisiner, jardiner ou se préparer soi-même une tisane pendant la nuit en cas d’insomnie. Des espaces ouverts en permanence, sur l’extérieur ou sur la cuisine, pour que le senior se sente chez lui. Des coins pour être seul, et lire. Un frigo pour aller chercher un yoghourt, peu importe l’heure, en cas de fringale. Chaque objet a son importance dans les locaux des Ecureuils. 

« Tout l’immeuble est organisé selon un code couleurs. Chaque couloir mène quelque part. Le senior ne se sent pas limité, enfermé, reprend Geoffrey Hemart, directeur-adjoint et médecin chef. A chaque bout de couloir on trouve une porte, une fenêtre ou un tableau. L’idée, c’est qu’on ne tourne pas en rond ici. A chaque action, il y a un but, on va vers quelque chose. » S’intéressant au passé et à l’histoire de chaque résident, le personnel a le rôle d’écouter, d’appuyer, de valoriser la personne, et il favoriserait ainsi une meilleure autonomie chez les seniors. /cka


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus