Opposition ferme au projet Paléoplage

La chambre jurassienne d’agriculture ne veut pas d’un lac sur l’ancien site de l’aérodrome ...
Opposition ferme au projet Paléoplage

Plaine de Courtedoux Le projet de Paléoplage

La chambre jurassienne d’agriculture ne veut pas d’un lac sur l’ancien site de l’aérodrome de Courtedoux dans ces circonstances. Paléo-Plage occuperait les lieux et provoquerait la perte de 19 hectares dévolus à l’agriculture.

Au début, un engagement avait été pris entre les promoteurs des pistes d’aviation de Bressaucourt et le milieu agricole. Les terres du nouvel aérodrome devaient être compensées à terme par le retour des parcelles du site de Courtedoux en zone agricole. Avec Paléo-Plage, tout est remis en question.

La CJA reste ouverte au dialogue, mais pas au détriment de surfaces d’assolement. Si des terres en quantité et en qualité équivalente retournent en zone agricole, l’organisation paysanne ne verrait plus d’un mauvais œil ce projet. Par cette opposition, elle tient aussi à rappeler que tous les jours 600 m2 disparaissent au profit de l’urbanisation dans le Canton du Jura.

 

Sans surprise pour l'ADEP

 

L’ADEP, l’association de développement économique du district de Porrentruy, a mis sur pied Paléo-Plage. Cette opposition n’est pas une surprise, elle s’y attendait, selon Jacques Chappuis, le chargé de mission. Ce projet se veut rassembleur. L’ADEP sait que le milieu agricole soulèverait le plus gros problème. Il s’agit maintenant pour cette association d’entamer un dialogue entre tous les partenaires et les services de l’Etat, notamment l’Aménagement du territoire, pour trouver des solutions. L’ADEP, voulant garder l’effet de surprise, avait délibérément dévoilé ce projet avant de prendre contact avec, entre autres, la Chambre jurassienne d’agriculture. Seuls les députés du district de Porrentruy étaient au courant avant la conférence de presse du 4 juillet. /nqu


Actualisé le

 

Articles les plus lus