Permis de travail : le casse-tête des clubs jurassiens

Le Jura bénéficie de 17 permis courte durée à répartir entre l'industrie, la culture, la santé ...
Permis de travail : le casse-tête des clubs jurassiens

Le Jura bénéficie de 17 permis courte durée à répartir entre l'industrie, la culture, la santé publique et les clubs sportifs entre autres. Un contingent faible en comparaison nationale qui pénalise en partie les clubs régionaux

Vladimir Ruzicic, entraîneur du BC Boncourt, bénéficie par exemple d'un des trois permis courte durée attribués au club cette année (Photo: archives). Vladimir Ruzicic, entraîneur du BC Boncourt, bénéficie par exemple d'un des trois permis courte durée attribués au club cette année (Photo: archives).

Les clubs jurassiens ne jouent pas dans la même cour que leurs concurrents helvétiques. Le BC Boncourt, le HC Ajoie et le Volleyball Franches-Montagnes bénéficient actuellement de trois permis de séjour chacun, pour accueillir des ressortissants extra-européens dans leurs rangs. Le Jura bénéficie en effet de 17 permis L pour ces ressortissants. Un contingent largement inférieur à ceux des autres cantons. Une situation qui empêche parfois les clubs jurassiens de se renforcer comme ils l'aimeraient dans leurs championnats respectifs. /mmi 

« Les clubs sont clairement désavantagés dans le Jura »

Alain Fleury (à gauche) et Denis Loviat, au Service de l'économie et de l'emploi, tous deux en charge de l'attribution des permis L, aux clubs de la région notamment. Alain Fleury (à gauche) et Denis Loviat, au Service de l'économie et de l'emploi, tous deux en charge de l'attribution des permis L, aux clubs de la région notamment.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus