La fonte et les ados, des rêves et des risques

Ces derniers temps, sur les réseaux sociaux, de nombreuses vidéos sont publiées dans lesquelles ...
La fonte et les ados, des rêves et des risques

Ces derniers temps, sur les réseaux sociaux, de nombreuses vidéos sont publiées dans lesquelles des jeunes s’adonnent à la musculation en soulevant parfois des charges importantes. Une pratique qui n'est pas anodine...

Soulever des poids n'est pas un geste anodin... Soulever des poids n'est pas un geste anodin...

Vous l’avez peut-être constaté si vous parcourez les réseaux sociaux… de nombreux adolescents et pré-adolescents s’adonnent à la musculation. Dans des salles de force, on les voit soulever de la fonte, pousser et tirer des charges parfois conséquentes. Leur objectif, c’est de ressembler à différentes personnalités qui exhibent leurs muscles sur les plateformes, comme le constate le préparateur physique jurassien Loris Hintzy : « Souvent, ces jeunes se focalisent sur les muscles visibles, à savoir les abdos, les pectoraux et les bras ». S’il reconnaît que les résultats peuvent être rapides en fonction de l’assiduité, Loris Hintzy note que le risque de blessure est important : « Cela peut aller de la petite élongation à la grosse déchirure. Le dos et les hanches peuvent aussi particulièrement être affectés », selon le préparateur physique qui souligne qu’un déséquilibre peut rapidement se déclarer en fonction des muscles qui sont travaillés.


Une question d'acquis

Loris Hintzy indique encore que le travail en salle de force est la continuité de mouvements de base travaillés dans le quotidien, tels que des sauts et des poussées. Or, il constate que les jeunes d’aujourd’hui sont moins souvent dehors à courir, grimper et sauter qu’il y a quelques années. Et cela peut avoir des répercussions par la suite, lorsque les pré-adolescents et adolescents se rendent en salle de force. Pour Loris Hintzy, la musculation s’apparente à « une pyramide », puisqu’il faut d’abord apprendre les mouvements puis les répéter à de nombreuses reprises en adaptant les charges. Selon le préparateur physique jurassien, l’idéal est de s’entourer d’un professionnel plutôt que de s’inspirer des contenus visibles sur les réseaux sociaux qui nourrissent l’esprit mais ne permettent pas forcément d’atteindre des objectifs réalistes… /mle

Loris Hintzy : « Souvent, le risque c’est qu’on délaisse certaines parties du corps »


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus