Roger Federer et Vreni Schneider sportifs suisses de l'histoire

La Suisse est un pays de skieurs, mais le plus grand sportif de son histoire tient une raquette ...
Roger Federer et Vreni Schneider sportifs suisses de l'histoire

Roger Federer et Vreni Schneider sportifs suisses de l'histoire

Photo: KEYSTONE/EPA/NIC BOTHMA

La Suisse est un pays de skieurs, mais le plus grand sportif de son histoire tient une raquette dans la main. Roger Federer a été logiquement couronné lors de la soirée des Sports Awards à Zurich.

L'homme aux vingt titres du Grand Chelem partage les lauriers avec Vreni Schneider, qui a été désignée comme la meilleure sportive suisse de ces septante dernières années. Comme celui de Roger Federer, le succès de la skieuse glaronnaise ne souffre aucune discussion.

Entre 1987 et 1995, Vreni Schneider a remporté trois titres olympiques, trois titres mondiaux et à trois reprises aussi le classement général de la Coupe du monde. A eux deux, le Bâlois et la Glaronnaise totalisent douze distinctions de sportif(ive) de l'année, sept pour le tennisman et cinq pour la slalomeuse.

Le plus beau joyau

Considéré comme le plus grand joueur de tous les temps d'un sport universel, Roger Federer est le plus beau joyau du sport suisse. Même si Rafael Nadal compte lui aussi vingt titres majeurs, le Bâlois est bien le grand maestro du tennis. L'extraordinaire fluidité de son jeu, son élégance, sa longévité, sa faculté d'inventer des coups venus d'ailleurs et sa résilience qui lui a permis de remporter tant d'improbables victoires ont bâti sa légende.

Depuis son retour gagnant en 2017, chacune de ses apparitions sur un court cultive, ainsi, un côté messianique que seul peut-être Michael Jordan a pu rencontrer en son temps sur les parquets de la NBA. De Melbourne à New York en passant par Paris et Londres, le Bâlois est porté par la ferveur d'un public parfois bien trop partisan. Mais on n'oubliera pas que Roger Federer s'attache, dans les quatre coins du monde, à avancer sa 'suissitude' pour rappeler qu'il a grandi dans un pays où il fait bon vivre.

Une belle longueur d'avance

En l'absence de Martina Hingis parmi les nominées - la Saint-Galloise a payé au prix fort un moment d'égarement un jour à Londres qui lui a valu une suspension pour dopage -, Vreni Schneider possédait une belle longueur d'avance sur Erika Hess et sur Denise Biellmann, pour lesquelles les souvenirs sont peut-être plus lointains.

Comme Roger Federer, celle que l'on a surnommé 'Gold Vreni' a très vite su se faire aimer par tout un pays. Sa classe folle tranchait ainsi avec sa simplicité, symbolisée par son amour du tricot. Malgré les succès, elle a toujours su garder les pieds sur terre comme pour rassurer un pays qui aspire toujours à une certaine quiétude.

Finaliste malheureuse du Championnat du monde de Copenhague, l'équipe nationale de hockey sur glace 2018 obtient elle le titre de meilleure équipe de tous les temps. Victorieuse de la Finlande en quart de finale et du Canada en demi-finale, la sélection de Patrick Fischer devait échouer sur le fil face à la Suède pour la conquête de l'or. Emmenés par un formidable Roman Josi, les Suisses ne devaient s'incliner qu'à la loterie du 'shootout' dans cette finale qu'ils auraient pu, dû (?), gagner mille fois.

Jean-Pierre Egger: le goût de la découverte

Heurtée peut-être par la seule présence de Lise-Marie Morerod parmi les douze nominés pour les mérites individuels, la Romandie a été tout de même à l'honneur lors de cette soirée. Jean-Pierre Egger est, en effet, le meilleur entraîneur suisse de l'histoire. Ancien recordman de Suisse du lancer du poids et Champion de Suissse à neuf reprises de 1971 à 1980, le Neuchâtelois a mené Werner Günthör bien sûr mais aussi la Néo-Zélandaise Valerie Adams vers les sommets de sa discipline de prédilection.

Mais Jean-Pierre Egger a su, surtout, découvrir de nouveaux horizons avec Alinghi en voile, les Grasshoppers et l'Olympique de Marseille en football, l'équipe de France en basketball, Simon Ammann en saut à skis et Matthias Sempach en lutte libre.

La plupart du temps, ces expériences ont été couronnées de succès à l'image de la conquête de l'argent des basketteurs français aux Jeux de Sydney. Celui qui aime répéter 'partager les mêmes rêves que ses athlètes' a été - logiquement - préféré à l'ancien entraîneur du HC Davos Arno Del Curto et au 'sorcier' autrichien Karl Frehsner qui a longtemps dirigé les skieurs suisses.

Enfin, Heinz Frei a été désigné comme le plus grand athlète paralympique de l'histoire. Titré à... quinze reprises aux Jeux paralympiques, le Bernois s'est affirmé comme un immense champion après avoir été victime à l'été 1978 alors qu'il était âgé de 20 ans d'un terrible accident lors d'une course de montagne

/ATS
 

Articles les plus lus