Swiss Basketball réforme le 3e tour

Contrairement à ce qui était prévu, il n’y aura pas de scission du classement en deux groupes ...
Swiss Basketball réforme le 3e tour

Contrairement à ce qui était prévu, il n’y aura pas de scission du classement en deux groupes à l’issue du 2e tour. Toutes les équipes s’affronteront encore une fois, le championnat s’en trouvera allégé

Le BC Boncourt n'a plus l'impératif de finir 5e à l'issue du deuxième tour... mais veut maintenir cet objectif pour la fin de saison régulière. Le BC Boncourt n'a plus l'impératif de finir 5e à l'issue du deuxième tour... mais veut maintenir cet objectif pour la fin de saison régulière.

Face à un contexte sanitaire toujours aussi incertain et au risque de voir la saison s’éterniser sous les reports de matches, Swiss Basketball a décidé de réformer le troisième tour du championnat de SB League. Contrairement à ce qui était prévu, il n’y a aura pas deux groupes distincts, à savoir les mieux classés des places 1 à 5 assurés d’une qualification en play-off d’une part, et les autres censés s’arracher le dernier ticket qualificatif. Ce sera finalement un troisième tour sensiblement proche des deux premiers où toutes les équipes s’affronteront une fois. Les huit premières (sur neuf équipes) à l’issue de cette nouvelle phase seront qualifiées pour les play-off.

Erik Lehmann : « L'idée est de terminer plus tôt »

« Permettre aux clubs de faire des économies de salaires »

Seule adaptation, les mieux classés à la fin du deuxième tour censé s’achever le 10 février auront l’avantage d’accueillir leurs concurrents directs à domicile. Cette réforme va notamment alléger quelque peu le calendrier initial avec trois matches de moins. La formule des play-off devraient probablement, elle aussi, être allégée. « On va jouer ce troisième tour à raison d’un match par semaine, ce qui nous permettra d’éventuellement reprogrammer en milieu de semaine des matches qui n’auraient pas pu se jouer le week-end. On devrait terminer début mai, sachant que la Coupe de Suisse va encore venir se greffer. L’idée est aussi de terminer plus tôt, sans pousser jusqu’à la mi-juin, les clubs pourraient ainsi faire des économies de salaires notamment sur les contrats des joueurs étrangers », explique Erik Lehmann, directeur des compétitions à Swiss Basketball. Maintenir le calendrier initial avec un tour intermédiaire croisé entre deux groupes aurait nécessité de jouer deux matches par semaine. « C’était trop risqué au vu de la situation sanitaire parce qu’en cas de report de matches, on n’avait plus de dates possibles », glisse Erik Lehmann. Les instances du basketball suisse se donnent désormais jusqu’à « fin mars, mi-avril » pour définir la formule des play-off, « en fonction de l’évolution de la pandémie ».


Les enjeux légèrement modifiés

Ce changement modifie par ailleurs quelque peu l’enjeu des derniers matches du deuxième tour. Exemple, le BC Boncourt affronte Monthey-Chablais samedi à 17h30 dans un match qui était censé être crucial pour la course au top 5 à l’issue du deuxième tour, place qui attribuait il y a quelques heures encore une qualification directe pour les play-off. Mais ça c’était avant, et ce duel ne revêt de fait plus cet « impératif d’urgence » de faire des points. « Aujourd’hui, il n’y a plus nécessité d’être à cette position à la fin du deuxième tour. Mais cela reste notre objectif en vue des play-off. Finalement, il n’y a que la temporalité qui change. On n’a plus besoin d’être 5e mi-février, mais il faut l’être à la fin du championnat régulier », réagit le directeur sportif du BC Boncourt, Clément Boesch, sans prôner aucun relâchement contre Monthey-Chablais. « Il faut le gagner ce match. Il n’y a pas le choix. Plus la saison avance, plus c’est difficile de grappiller des places. Donc plus tôt on gagne, mieux c’est ». Financièrement, la réforme n’est pas une révolution pour le dirigeant du BC Boncourt dans la mesure où le club avait planifié une saison régulière jusqu’à fin avril, ce qui ne change pas. Les joueurs sont ensuite payés au prorata des jours joués durant les play-off. C’est là que des économies pourraient intervenir si la phase finale venait effectivement à être raccourcie. /jpi

Clément Boesch : « Le fait de faire moins de matches, on s’expose à moins de risques de report »

Clément Boesch : « Aujourd’hui, il n’y a plus cette nécessité d’être à cette position »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus