La Suisse livre une performance catastrophique

La Suisse a offert un spectacle proche du néant face à la Slovaquie pour le début de la Deutschland ...
La Suisse livre une performance catastrophique

La Suisse livre une performance catastrophique

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

La Suisse a offert un spectacle proche du néant face à la Slovaquie pour le début de la Deutschland Cup. A Krefeld, les Helvètes se sont inclinés 7-1.

Heureusement que les JO ne sont pas dans une semaine parce que c'est tout un pays qui suerait à grosses gouttes. Opposée à une Slovaquie expérimentale, la Suisse a offert une bien pâle copie.

A tel point que l'on peine à dégager un nom qui aurait pu voir son stock monter en flèche et valider, déjà, son billet pour la Chine. Patrick Fischer aura bien entendu cocher le nom d'Enzo Corvi, auteur de la seule réussite de sa sélection après un bon travail de harcèlement de la part de Simon Moser. Mais à part ça...

Le sélectionneur aurait très certainement préféré commencer le tiers médian autrement qu'en infériorité numérique. Surtout pendant cinq minutes. La cause de ce moment inconfortable, une faute de Calvin Thürkauf sur un joueur slovaque. Tout d'abord sanctionné de deux minutes, le joueur luganais a vu sa pénalité commuée en cinq minutes plus match pour une charge à la tête. Gageons que si Thürkauf doit prendre exemple sur quelqu'un, autant qu'il ne choisisse pas Fabrice Herzog!

Dans les buts, Philip Wüthrich a montré ses limites au niveau international. Mais pas de panique, le gardien du CP Berne est jeune et a encore un très bel avenir devant lui. Ceci étant, il ne sert à rien de blâmer un portier néophyte dans une rencontre de ce type. Les protégés de Craig Ramsay avaient sans doute à coeur d'estomper la gifle reçue lors du dernier Mondial à Riga lorsque la Suisse s'était imposée 8-1.

Le score est sévère et il convient de noter que le 4-1 et le 5-1 ont été inscrits dans la cage vide, mais quand même. Le 6-1 résume à lui seul les errements helvétiques. Porteur du puck, Santeri Alatalo est allé s'empaler sur Nando Eggenberger. Les Slovaques ont sauté sur l'occasion pour partir en contre et mystifier une fois de plus le pauvre Wüthrich.

Au final, la Suisse se prend une baffe, peut-être salutaire. Elle doit encore affronter l'Allemagne samedi et la Russie dimanche. Mais elle doit surtout montrer un autre visage, le constat est sans équivoque.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus