Miranda (Genève-Servette): « On sent notre faim de succès »

L'aspiration à un premier titre de champion de l'histoire du club est grande à Genève-Servette ...
Miranda (Genève-Servette): « On sent notre faim de succès »

Miranda (Genève-Servette):

Photo: KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI

L'aspiration à un premier titre de champion de l'histoire du club est grande à Genève-Servette.

Dans la demi-finale qui les oppose à Zoug, les Genevois n'ont plus besoin que de deux succès pour disputer une quatrième finale des play-off. Mais la confiance est également grande à Zoug.

Les Genevois débordent de confiance après la victoire en qualification. 'Nous connaissons tous notre potentiel', relève Marco Miranda dans une interview avec Keystone-ATS. 'Beaucoup de joueurs ne sont encore jamais devenus champions, on sent notre faim de succès.'

Si ce n'est pas maintenant, quand ?

Côté genevois, la question qui prime est: si ce n'est pas maintenant le bon moment, quand ? Déjà, l'équipe perdra à la fin de la saison son ministre de la défense Henrik Tömmernes après six saisons passées aux Vernets. Le Suédois de 32 ans patine 28'39'' sur la glace en moyenne pendant les play-off. Et d'autres joueurs clés ont largement dépassé la trentaine.

L'un d'eux est Valtteri Filppula, qui a récemment fêté son 39e anniversaire. Le Finlandais est membre du très relevé club du 'Triple Gold' qui ne recense que des joueurs qui ont gagné au moins une fois les Jeux olympiques, le Championnat du monde et la Coupe Stanley. 'Il est incroyable comme il performe, comme il lit le jeu, le calme qu'il apporte', s'enthousiasme Miranda. Il semble toujours dans une forme étincelante, patinant comme s'il n'avait pas encore 30 ans. Son expérience est très précieuse pour l'équipe. Mais le temps finira également par laisser des traces sur lui.

Une autre question se pose à propos de Genève-Servette. Le coach Jan Cadieux ne force-t-il pas trop sur ses joueurs-vedettes ? Pas moins de six joueurs sont alignés plus de 20 minutes en moyenne au cours des play-off. Côté zougois, les forces sont nettement mieux réparties. 'J'essaie de partager le plus équitablement possible la charge de travail', explique Dan Tangnes, le coach de Zoug. 'Cela revêtira toujours plus d'importance, plus la série avance.'

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus