Olivier Burri a toujours la flamme pour le « Monte »

Le pilote de Belprahon participera en fin de semaine au Rallye de Monte-Carlo pour la 26e fois ...
Olivier Burri a toujours la flamme pour le « Monte »

Le pilote de Belprahon participera en fin de semaine au Rallye de Monte-Carlo pour la 26e fois. A bord d’une Skoda Fabia R2, il s’élancera dans la catégorie WRC2 avec pour objectif un top 20 au classement général

Olivier Burri en route pour un nouveau Monte-Carlo. Olivier Burri en route pour un nouveau Monte-Carlo.

Olivier Burri prêt à remettre les gaz pour une course mythique. Il participe au Rallye de Monte-Carlo en fin de semaine. Il s’agit de la manche d’ouverture du championnat du monde. Il y aura 14 cols à franchir lors de cette 92e édition qui se compose d’un tracé total de 338,62 km répartis en 17 spéciales. Le pilote de Belprahon sera en lice dans la catégorie WRC2. Il prendra le départ pour la 26e fois sur le Rocher. C’est l’épreuve qu’il a disputée le plus grand nombre de fois : « C’est un endroit qui est mythique. L’approche est particulière, on va dans des zones montagneuses et au bord de la mer. On a une cohésion extraordinaire avec les spectateurs. Il y en aura entre 250 et 300'000 qui graviteront autour du rallye. Quand vous roulez de nuit et que vous voyez que toutes les forêts et les rochers sont illuminés et que les gens ont des allume-feux comme au foot, c’est extraordinaire. C’est des moments qu’on ne retrouve nulle part ailleurs », explique Olivier Burri, qui vise un top 20 au classement général. 

Olivier Burri : « Mon corps est gentil avec moi » 

Comme l’année passée, Olivier Burri sera accompagné de son navigateur Anderson Levratti. Le duo a toutefois troqué sa Hyundai i20 pour une Skoda Fabia R2 : «  C’est une voiture qui est très aboutie. Elle est plus facile dans des conditions dantesques et surtout demande beaucoup moins d’énergie. La boîte à vitesse est plus libre, les freins sont plus faciles, la direction aussi. Entre les tests, la reconnaissance et la compétition, ça représente neuf jours dans un baquet, donc si on est déjà fatigué au début du rallye et que la voiture vous demande encore beaucoup plus d’engagement, c’est un peu compliqué, je pense qu’avec la Skoda ça va être sympa », poursuit le Prévôtois. Alors qu’il a fêté ses 60 ans l’année passée, Olivier Burri a toujours la forme pour prendre part à une telle course : «  Tant que mes yeux et mon corps réussissent à faire ce que mon cerveau a envie, on va continuer. Les réflexes sont aussi toujours là. Après, il faut faire attention et avoir une bonne hygiène de vie. Mais disons que mon corps est gentil avec moi. Je suis quand même devenu plus sage, on va moins vite que dans le temps, mais il faut aussi de temps en temps essayer de dégoupiller et de faire des choses un petit peu surnaturelles sans dépasser ce qu’on est capable de faire ». Au total, 70 pilotes s’élanceront sur ce Rallye de Monte-Carlo qui a lieu entre jeudi et dimanche. /emu


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus