Un badge pour freiner le travail au noir sur les chantiers

Un badge pour chaque ouvrier afin de lutter contre le travail au noir et autres fraudes sur ...
Un badge pour freiner le travail au noir sur les chantiers

Tous les ouvriers de chantier de construction seront bientôt équipés d'une carte professionnelle. Tous les ouvriers de chantier de construction seront bientôt équipés d'une carte professionnelle.

Un badge pour chaque ouvrier afin de lutter contre le travail au noir et autres fraudes sur les chantiers. C'est ce que veulent instaurer les cantons romands via la société suisse des entrepreneurs. Les contrôleurs de chantier n'auraient alors plus qu'à scanner les badges pour vérifier que tout est en ordre. Pour la Fédération des entreprises romandes de l'arc jurassien, c'est un outil indispensable pour enrayer le fléau des fraudes. En 2015, sur 180 contrôles effectués en Suisse romande, 47 sanctions ont été prononcées, soit plus de 25% de fraude. « Il y a une volonté nette de pouvoir contrôler et d'assurer une concurrence loyale entre les entreprises. Il s'agit de toutes sortes de fraudes, du travail au noir au non-respect des conventions collectives de travail. Bref, tout ce qui détruit la concurrence au profit des entrepreneurs malhonnêtes », explique Vincent Bédat, directeur du bureau des métiers de la Fédération des entreprises de l'Arc jurassien.

1000 travailleurs concernés dans le Jura

Les modalités précises de ces contrôles doivent encore être affinées. Par exemple, définir à quel type d'information le contrôleur aura accès. Contrat de travail ? Numéro AVS ? Autres données personnelles ? Les grandes lignes en revanche sont connues pour ce badge qui sera obligatoire pour chaque travailleur, même employé temporairement. « Cela va ressembler à une carte de crédit que les employés devront porter sur eux sur les chantiers et qui va permettre aux contrôleurs de vérifier que les ouvriers sont bien habilités à travailler », décrit Vincent Bédat.

Cette carte professionnelle devrait apparaître début 2017 mais l'attente des diverses autorisations pourrait repousser l'échéance. Dans le Jura, cela concernera près de 1000 travailleurs et 120 entreprises. A long terme, ce badge doit devenir une obligation nationale, mais les cantons romands ont souhaité avancer plus rapidement sur ce dossier. Le badge national ne devrait, lui, pas voir le jour avant fin 2017, voire 2018. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus