Gilles Coullery : « La plus courte fête d’élection à la présidence ! »

Le nouveau président du Conseil de ville de Porrentruy n’a pas eu l’occasion de payer l’apéro ...
Gilles Coullery : « La plus courte fête d’élection à la présidence ! »

Le nouveau président du Conseil de ville de Porrentruy n’a pas eu l’occasion de payer l’apéro aux membres du législatif et encore moins de célébrer son élection

Gilles Coullery applaudi par les membres du Conseil municipal et du Conseil de ville de Porrentruy. Gilles Coullery applaudi par les membres du Conseil municipal et du Conseil de ville de Porrentruy.

Il aurait voulu offrir l’apéro à tout le monde, il devra se contenter de décrocher le triste record de la fête d’élection la plus courte de l’histoire du Conseil de ville de Porrentruy. Gilles Coullery s’est permis cette boutade après avoir accédé au perchoir du législatif. Obligés de quitter les établissements publics avant 23h, les conseillers de ville ne pourront pas célébrer longtemps leurs nouveaux élus. A l’occasion du renouvellement de la présidence, jeudi soir à l’Inter, le socialiste Gilles Coullery a obtenu 38 voix. Alain Theilkaes du PCSI, Sandra Nobs du PLR, Sébastien Piquerez du PDC et Claude Gerber de l’UDC, avec voix consultative, complètent le bureau.


Beaucoup d’émotions

Agé de 53 ans, Gilles Coullery siège depuis quatre législatures au sein du Conseil de ville bruntrutain. Employé au sein du Service de l’économie et de l’emploi du canton du Jura, il a passé une année intense à régler les problèmes de chômage partiel. Cette nouvelle fonction de président ne l’effraie donc pas, mais l'émotion était quand même bien présente.

Gilles Coullery

Postulat renvoyé pour éviter les barrières

Les conseillers de ville ont refusé un postulat PLR, par 28 voix contre 11, qui demandait un meilleur contrôle du stationnement. Le Conseil municipal proposait d’ailleurs de lancer une étude. Dans les faits, des barrières aux entrées des places de la Colombière, à BKW, et au parking Lang, auraient permis aux usagers de payer le montant exact de leur temps de stationnement et aux agents de police d’éviter des contrôles. Pour les élus du PCSI, les parkings en périphérie ont pour but de décharger le centre ancien. De ce fait, ils doivent rester abordables. C’est le cas de celui de la Colombière qui est gratuit. De plus, un membre du PCD a fait remarquer que celui de chez Lang est un terrain privé qui pourrait, à tout moment, changer d’affectation. Enfin, de nouveaux horodateurs ornent certaines places, les changer maintenant serait contre-productif. C’est plus nuancé du côté du groupe PS-Les Verts. D’un point de vue écologique, faire payer davantage le stationnement pousserait les usagers à opter pour la mobilité douce, mais, à l’opposé, les habitants du centre-ville ont aussi besoin de places gratuites. Enfin, le rendement espéré de telles installations est incertain, selon les socialistes. /ncp


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus