Le Jura, moins compétitif mais plus attractif ?

Sans surprise, le rapport de Crédit Suisse sur les perspectives économiques régionales dépeint ...
Le Jura, moins compétitif mais plus attractif ?

Sans surprise, le rapport de Crédit Suisse sur les perspectives économiques régionales dépeint un Jura pas très clinquant… mais où l’on vit plutôt bien !

La vie devient moins chère en s’éloignant des centres. Indicateur synthétique (RDI), par commune, CH = 0; tous les types de ménage, coûts de mobilité professionnelle et frais de garde des enfants
par des tiers pris en compte, 2021. (Source : Crédit Suisse, Geostat) La vie devient moins chère en s’éloignant des centres. Indicateur synthétique (RDI), par commune, CH = 0; tous les types de ménage, coûts de mobilité professionnelle et frais de garde des enfants par des tiers pris en compte, 2021. (Source : Crédit Suisse, Geostat)

Comme de coutume, la Suisse romande a été passée au crible par les analystes de Crédit Suisse. La banque helvétique a publié mercredi son rapport sur les perspectives économiques régionales. Sans surprise, le Jura n’a, en termes de compétitivité et de dynamisme économique, rien de très clinquant comparé à certains de ses cousins romands ou alémaniques. Mais la manière de lire cette étude relève presque du choix philosophique. Les adeptes du « verre à moitié plein » constateront que l’on y vit plutôt bien !


57'230 francs de revenu moyen

On pourrait ressasser qu’au sein de la Suisse romande, le Jura est souvent le petit dernier, ou en queue de peloton, dans de nombreux indices de compétitivité économique. Il reste le canton le plus dépendant de l’horlogerie, affiche l’un des plus faibles niveaux de productivité et ne peut pas se targuer d’avoir l’économie qui a le mieux résisté à la crise du Covid, on y crée moins d’entreprises que les autres, etc. Ah oui, on oubliait, Le Jura affiche aussi le deuxième plus faible revenu moyen par personne pour l’année 2022 avec 57'230 francs. Stop ! Ne faites pas votre valise pour autant en vous disant « je me barre d’ici ». Car si le Jurassien vit sans doute plus chichement que ses voisins romands, il est aussi celui à qui il en reste le plus à la fin du mois. C’est ce que Crédit Suisse appelle le « revenu librement disponible ». Le Jura se place numéro 1 des cantons romands et 5e national pour cet indice, même 3e national si l’on considère un foyer familial avec 2 enfants. Là, vous commencez à reposer votre valise.

Graphique selon l'indicateur RDI ou revenu librement disponible d'un ménage. Graphique selon l'indicateur RDI ou revenu librement disponible d'un ménage.

Le Jura tire son épingle dans l'accès à la propriété

Et quand Crédit Suisse conclut que l’accès de la propriété « devient un luxe », 77% de tous les biens annoncés étaient encore abordables dans un ménage jurassien l’an dernier au regard du revenu moyen. Notre région se place d’ailleurs parmi celles qui disposent encore le plus de surfaces vacantes en Suisse, ce qui se fait de plus en plus rare. Les optimistes relèveront encore que la croissance de l’emploi est bonne, dans une fourchette positive entre 4 et 6%. Le Jura est aussi le deuxième canton romand en densité de l’emploi, proche des 80 postes de travail pour 100 habitants. Et quand bien même on a toujours tendance à penser que l’on paye trop d’impôts, la fiscalité de nos entreprises reste attractive à l’échelle nationale, tout comme celles des personnes physiques. Finalement, suivant le regard que l’on y porte, le tableau n’est pas si noir.

François Lachat, l’un des pères fondateurs du Jura, disait un jour : « Si vous ne faites pas de bruit, vous êtes nobody ». Sans doute. Mais n’est-ce pas là qu’est le bonheur finalement ? A l’instar de ce que nous rabâchaient nos anciens : « pour vivre heureux, vivons cachés ». /jpi


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus