Trois nouveaux projets soutenus par le fOrum culture

La commission créatiOn/diffusiOn coproduira les œuvres de la Rue Serendip, d’IDOLS et d’UTOPIK ...
Trois nouveaux projets soutenus par le fOrum culture

La commission créatiOn/diffusiOn coproduira les œuvres de la Rue Serendip, d’IDOLS et d’UTOPIK FAMILY. Une enveloppe de 118'200 francs a été libérée à cet effet

Patrick Domon (à droite) a présenté mercredi les trois projets soutenus par le fOrum culture. Patrick Domon (à droite) a présenté mercredi les trois projets soutenus par le fOrum culture.

La commission créatiOn/diffusiOn du fOrum culture prend sous son aile trois nouvelles productions pour cette année. Une enveloppe de 118'200 francs a été libérée afin de soutenir le travail de différentes compagnies de la région. Il s’agit des projets de la Rue Serendip, d’IDOLS et d’UTOPIK FAMILY. À noter également que les trois productions soutenues précédemment poursuivront leur parcours sur les planches.  Deux autres pièces recevront une aide à la diffusion seulement. Il s’agit de R’DJÂSE ! et Le Soldat et la Ballerine.

Trois univers différents

La Rue Serendip propose une œuvre axée sur le partage d’expérience. Les artistes, à travers C’est ça aussi, tentent de montrer à la société qu’il est important de partager ses connaissances à la collectivité pour la faire évoluer. UTOPIK FAMILY, dans Le ciel au-dessus, essaie de faire passer un message pour tous les enfants oppressés. IDOLS pointe du doigt un « désir brûlant d’être visible, admiré et adulé ». Retrouvez le programme complet des représentations ici.

Prunelle Bry, membre de La Rue Serendip, raconte le projet de la compagnie :

Un soutien important

Le soutien du fOrum culture a de nombreux avantages pour les compagnies sélectionnées. Patrick Domont, membre de la commission créatiOn/diffusiOn, est conscient que la somme attribuée ne couvre pas tous les frais pour la production d’une œuvre, mais il confirme « que cela permet aux compagnies de souffler un peu ». En revanche, ce soutien leur apporte « une sorte de reconnaissance » puisque « s’ils sont retenus c’est qu’il y a un avis partagé sur leur potentiel ». De plus, les compagnies auront également l’occasion de multiplier les dates, car de nombreux programmateurs font partie de la commission. /lge

Patrick Domont : « Cela apporte une certaine sorte de reconnaissance »


Actualisé le