La Fondation Clair-Logis a trouvé un repreneur

Confronté à des difficultés financières, l’établissement delémontain annonce mercredi avoir ...
La Fondation Clair-Logis a trouvé un repreneur

Confronté à des difficultés financières, l’établissement delémontain annonce mercredi avoir trouvé un repreneur. La Fondation sera exploitée par la société Perlavita Betriebe AG, du groupe Tertianum, dès le mois de mai

La Fondation Clair-Logis sera reprise dès le 1er mai par la société Perlavita Betriebe AG. La Fondation Clair-Logis sera reprise dès le 1er mai par la société Perlavita Betriebe AG.

Après cinq mois de recherches, la Fondation Clair-Logis a trouvé un repreneur. L’établissement basé à Delémont intégrera la société Perlavita Betriebe AG dès le 1er mai. L’offre de cette société du groupe Tertianum a convaincu les responsables quant à « l’exploitation pérenne des différentes structures de la Résidence Clair-Logis (EMS, UVP et appartements protégés), ainsi que le maintien des emplois », annonce la Fondation dans un communiqué mercredi. Au total, trois institutions régionales avaient fait part de leur intérêt et déposé une offre de reprise, détaille l’institution sans mentionner leur nom. Cette nouvelle est également un soulagement pour la ville de Delémont, qui avait soutenu financièrement l'institution. « Ce n’était pas le rôle de la collectivité publique, reconnaît Patrick Chapuis, président de la fondation et conseiller communal à Delémont. Mais le principal pour les autorités politiques et le Conseil de fondation était que Clair-Logis puisse continuer d’exister. »

Patrick Chapuis : « C’est un soulagement pour la ville de Delémont »

Résultats financiers en-dessous des attentes

En intégrant le groupe Tertianum, la Résidence Clair-Logis pourra poursuivre avec les équipes actuelles sa mission de soins et d’accompagnement pour les seniors de la région. Elle pourra également « bénéficier de nouveaux développements et de nouvelles synergies », relève le Conseil de Fondation. Pour rappel, la Fondation avait annoncé chercher un repreneur en novembre 2023. Un taux de remplissage inférieur à ce qui était prévu et des charges élevées étaient à l’origine de résultats financiers en-dessous de ceux budgétisés. « C'est un groupe qui connaît parfaitement la problématique de la gestion d'EMS, avec plus de 90 établissements en Suisse. On leur fait totalement confiance, » assure Patrick Chapuis. /comm-gtr-tna

Patrick Chapuis : « Le repreneur aura toutes les cartes en main pour assurer une bonne réussite »


Actualisé le

 

Actualités suivantes