L’alcool au volant concerne 4% des automobilistes en Suisse

Sur les routes suisses, près de 4 % des automobilistes conduisent après avoir bu de l’alcool ...
L’alcool au volant concerne 4% des automobilistes en Suisse

Sur les routes suisses, près de 4 % des automobilistes conduisent après avoir bu de l’alcool et 0,4 % présentent une alcoolémie supérieure à la limite légale de 0,5 pour mille. Des chiffres publiés récemment par le Bureau de prévention des accidents

Sur les routes suisses, l’alcool est présent : 4 automobilistes sur
1000 circuleraient avec de l’alcool dans le sang. (Photo prétexte, image d'archives de la Police cantonale jurassienne et du BPA) Sur les routes suisses, l’alcool est présent : 4 automobilistes sur 1000 circuleraient avec de l’alcool dans le sang. (Photo prétexte, image d'archives de la Police cantonale jurassienne et du BPA)

En Suisse, près de 4 % des automobilistes conduisent après avoir bu de l’alcool et 0,4 % présentent une alcoolémie supérieure à la limite légale de 0,5 pour mille.

C’est le premier relevé publié par le BPA consacré à la conduite sous influence de l’alcool. Une étude a été réalisée en partenariat avec 14 corps de police de Suisse alémanique et de Suisse romande. Des conducteurs et conductrices de voitures de tourisme ont été arrêtés aléatoirement et soumis à un contrôle de leur taux d’alcool à 85 postes de contrôle en Suisse.

Sur l’ensemble des conducteurs positifs à l’alcool, 11 % ont une alcoolémie au-dessus de la limite légale de 0,5 pour mille. Pour les jeunes conducteurs, le taux d’alcool est moins élevé : 0,1 pour mille.

Concrètement, cela signifie que, chaque jour, 4 automobilistes sur 1000 conduisent alors que leur taux d’alcool est supérieur à la limite autorisée. L’alcool compte donc toujours parmi les principaux risques pour la sécurité routière. Il intervient en moyenne dans un accident grave de la route sur huit. En 2023, 31 personnes ont perdu la vie dans des accidents de la route liés à l’alcool et 506 autres ont été grièvement blessées.

Il y a néanmoins une bonne nouvelle : « Les conductrices et conducteurs de moins de 30 ans circulent rarement sous l’influence de l’alcool », souligne Lucien Combaz porte-parole du BPA. Autre point positif : durant la journée, en semaine, notamment lorsque les enfants se déplacent sur le chemin de l’école sans être accompagnés, il n’y aurait que 0,1 % des automobilistes qui présentent une alcoolémie supérieure à la limite autorisée, selon les chiffres relevés.

La nuit et le week-end, la situation est en revanche différente ; une personne sur sept se trouve au volant après avoir consommé de l’alcool et parmi elles, plus d’une sur cinq présente une alcoolémie supérieure à la limite autorisée, toujours selon l’étude. /comm-jse


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus