Moutier accueillera un nouveau pôle de formation des métiers

Le CEJEF va créer sept nouvelles formations professionnelles, dont cinq en Prévôté, pour compenser ...
Moutier accueillera un nouveau pôle de formation des métiers

Le CEJEF va créer sept nouvelles formations professionnelles, dont cinq en Prévôté, pour compenser le déménagement de l'ensemble des filières du CEFF à Bienne. D’autres formations présentes à Delémont déménageront aussi à Moutier.

Le CEJEF accueillera environ 400 élèves à Moutier, soit autant que le CEFF actuellement. (Photo : KEYSTONE/LAURENT MERLET). Le CEJEF accueillera environ 400 élèves à Moutier, soit autant que le CEFF actuellement. (Photo : KEYSTONE/LAURENT MERLET).

La nouvelle organisation de la formation professionnelle jurassienne a été dévoilée ce jeudi en vue du transfert programmé de Moutier dans le Jura, en 2026. Pour compenser le déménagement de l’ensemble des filières du Centre de formation professionnelle Berne francophone (CEFF) à Bienne, tel qu’annoncé par le canton de Berne en juillet 2022, le canton du Jura ouvrira dans la cité prévôtoise un pôle de formation du Centre jurassien d’enseignement et de formation (CEJEF). Il s'agira d'un pôle commun des divisions artisanale, commerciale, technique, informatique ainsi que des domaines de la santé, du social et des arts, a annoncé le gouvernement jurassien à Delémont. Sept nouvelles formations artisanales seront créées à la rentrée 2026 : cinq à Moutier (installateurs-électriciens, installateurs sanitaires, installateurs en chauffage, ferblantiers et agents d’exploitation) et deux à Delémont (constructeurs de route, forestiers-bûcherons).

Le centre de Moutier accueillera quelque 400 jeunes, soit autant qu’actuellement. « C’est un bon compromis. C’est une solution favorable pour Moutier, car il y aura beaucoup plus de formations qu’actuellement donc les 200 jeunes de Moutier auront du choix chez eux. Et c’est favorable aussi au Canton du Jura, car on parle de 170 jeunes qui auraient dû se former à l’extérieur du Canton et que nous allons finalement garder dans le Jura », défend le ministre jurassien de la Formation, Martial Courtet, invité du journal de 12h15.


« Financièrement très proche de l’équilibre »

Le coût pédagogique supplémentaire pour la création de ces nouvelles formations s’élève à 917'000 francs. « Mais nous économiserons dans le même temps 873'000 francs que nous ne dépenserons pas à l’extérieur du canton parce que des Jurassiens qui se formeraient dans un canton voisin, ça coûterait quelque chose. On est donc très proche de l’équilibre », argumente le ministre. Comment s'est fait le choix de recréer telles formations et de laisser telles autres à Bienne dispensées par le CEFF ? Nous avons discuté avec les organisations professionnelles pour connaître leurs souhaits, si elles voulaient maintenir l’approche BE-JU ou la proximité à Moutier ou Delémont. Nous avons aussi regardé les effectifs par classe et le coût d’ouverture des classes », explique Tristan Müller, chef ad intérim du Service de la formation postobligatoire. Le Jura s’est donc attaché à recréer les formations qui brassent les plus grosses cohortes d’élèves.

Pour étoffer le site de Moutier, plusieurs formations dispensées actuellement à Porrentruy et Delémont déménageront en Prévôté : une classe de CFC polymécaniciens (une autre restant à Porrentruy), trois maturités professionnelles post-CFC (architecture, technique et sciences de la vie ; santé et social ; économie et services), l’École supérieure d’informatique de gestion ainsi qu’Avenir Formation. Deux nouvelles classes techniques de mécaniciens de production et informaticiens, formations qui restent aussi présentes à Porrentruy, seront par ailleurs créées à Moutier. « On ajoute aussi des filières au niveau technique. À Moutier, ville industrielle, on va ouvrir des classes de mécaniciens de production et informaticiens dont les entreprises ont besoin. Il y a cette volonté de comprendre et respecter ce qui se fait à Moutier, donc ça a du sens », souligne Martial Courtet.


Le CEFF continuera à former des Jurassiens

Les formations de charpentiers, spécialistes en industrie du bois, bouchers et spécialistes en restauration n'existeront en revanche qu'à Bienne sous l’égide du CEFF. Si l’on se base sur les effectifs actuels, elles ne concerneraient qu'une quarantaine de jeunes Jurassiens, essentiellement dans la filière bois. La rentrée 2026 ne se fera pas encore à Moutier, le bâtiment devant être rénové, mais à Delémont. Le site prévôtois devrait être opérationnel pour la rentrée suivante en 2027. /comm-jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus