Un premier livre pour le Musée du tour automatique

Le Musée du tour automatique et d’histoire de Moutier se lance dans l’édition. L’institution ...
Un premier livre pour le Musée du tour automatique

Musée du tour automatique et d'histoire de Moutier L'équipe du Musée du tour automatique et d'histoire de Moutier, de gauche à droite: Yannick Soller (conservateur), Nouss Carnal (membre du conseil de fondation), Claude Monnerat (président du conseil de fondation)

Le Musée du tour automatique et d’histoire de Moutier se lance dans l’édition. L’institution publie un premier livre qui sera officiellement présenté le 9 novembre dans le cadre de Moutier-Expo. L’ouvrage s’intitule « Retour au pays de la poupée mobile ». Le livre a été écrit par Marianne Spozio, une Prévôtoise exilée en France et qui est décédée en avril dernier. L’auteure était la petite fille d’un ancien directeur de Tornos, Henri Mancia. Elle avait vécu ses treize premières années dans la villa Junker aujourd’hui occupée par le musée. Le livre relate ses souvenirs d’enfance.

L’usine Junker en point de mire

La publication de cet ouvrage intervient alors que le Musée du tour automatique et d’histoire de Moutier souhaite acquérir l’usine Junker dans le but de s’agrandir. Pour rappel : une promesse de vente a été signée avec le propriétaire du bâtiment, l’entreprise Tornos. Problème : les locataires actuels – le Pantographe – voudraient rester dans le bâtiment. Le collectif culturel a même lancé une pétition en ce sens récemment. Le président du conseil de fondation du musée, Claude Monnerat, ne souhaite pas alimenter de polémique sur le sujet. Il rappelle que son institution « ne combat pas le Pantographe » et que le musée n’est pas propriétaire du bâtiment. Par ailleurs, les travaux de rénovation de l’aile nord de l’usine Junker ont démarré en août dernier et devraient se terminer à la fin du mois de novembre. /fco


Actualisé le

Actualités suivantes

Articles les plus lus