Le Belge Remco Evenepoel premier maillot rose au Giro

Remco Evenepoel (Soudal) a revêtu le premier maillot rose du Giro 2023. Le Belge s'est imposé ...
Le Belge Remco Evenepoel premier maillot rose au Giro

Le Belge Remco Evenepoel premier maillot rose au Giro

Photo: KEYSTONE/AP/Massimo Paolone

Remco Evenepoel (Soudal) a revêtu le premier maillot rose du Giro 2023. Le Belge s'est imposé dans le contre-la-montre de 19,6 km entre Fossacesia Marina - Ortona dans les Abruzzes le long de la mer.

Le champion du monde de 23 ans a devancé l'Italien Filippo Ganna et le Portugais Joao Almeida de respectivement 22 et 29 secondes. L'autre grand favori du Giro, le Slovène Primoz Roglic, concède déjà 43 secondes au phénomène belge.

Le Suisse Stefan Küng s'est classé 5e à 43''. Sans doute une grande déception pour le Thurgovien, qui s'était préparé minutieusement pour cette course que ce soit sur le plan du matériel ou de la condition physique. Septième au premier temps intermédiaire, le champion d'Europe avait gagné un rang au deuxième chrono pour finir 5e au final. Il n'a donc pas connu de baisse dans la dernière partie en côte du parcours.

Premier maillot rose

C'est la première fois de sa carrière que le Flamand de l'équipe Soudal-Quick Step endosse le maillot rose, lui qui avait abandonné lors de sa première participation au Giro en 2021.

Avec cette démonstration, Evenepoel, déchainé avec son maillot de champion de Belgique du contre-la-montre sur le dos, lance un message à tous ses concurrents. D'autant que deux autres chronos sont encore au programme, dimanche 14 mai et lors de l'avant-dernière étape, à la veille de l'arrivée à Rome dans trois semaines.

Avant le départ, il disait vouloir faire la différence dans cet exercice où il excelle, lui qui a terminé sur le podium des huit chronos qu'il a disputés depuis 2019.

Samedi, sur un parcours plat et rectiligne tracé sur une piste cyclable, coincée entre une voie ferrée abandonnée et les plages de l'Adriatique, il a fait la différence d'entrée. Très aérodynamique sur son vélo, il a explosé tous les temps de passage avant d'asseoir sa suprématie dans la petite bosse finale.

C'est la 42e victoire chez les professionnels pour le Belge, récent vainqueur de Liège-Bastogne-Liège, et la 10e dans un contre-la-montre individuel.

Lors de la dernière Vuelta en septembre, il avait déjà dominé Roglic de 48 secondes sur 30 km, avant de gagner son premier grand Tour à Madrid.

En Italie, il vise à devenir le premier champion du monde en titre à gagner le Giro depuis l'Australien Cadel Evans en 2010.

La deuxième étape mènera dimanche le peloton de Teramo à San Salvo sur 202 km. Un tracé sans difficulté sans doute réservé aux sprinters.

/ATS
 

Actualités suivantes

Articles les plus lus