Roglic reste en rouge, Mäder 2e de l'étape

Primoz Roglic (Jumbo-Visma) remportera sauf accident sa deuxième Vuelta consécutive dimanche ...
Roglic reste en rouge, Mäder 2e de l'étape

Roglic reste en rouge, Mäder 2e de l'étape

Photo: KEYSTONE/EPA/KIKO HUESCA

Primoz Roglic (Jumbo-Visma) remportera sauf accident sa deuxième Vuelta consécutive dimanche.

Le Slovène a bien résisté à Richard Carapaz lors de l'avant-dernière étape, remportée par le Français David Gaudu (Groupama-FDJ) devant le Bernois Gino Mäder.

Primoz Roglic a sauvé son maillot rouge de leader bien qu'il ait lâché une vingtaine de secondes à l'Equatorien Richard Carapaz samedi à l'Alto de la Covatilla. Il possède 24'' d'avance au général avant une dernière étape de 139 km promise aux sprinters.

Gino Mäder a décroché une superbe 2e place, concédant 28'' à David Gaudu. Le Bernois de 23 ans, en tête en compagnie du Basque Ion Izagirre à moins de 6 km de l'arrivée, n'a rien pu faire face au retour du grimpeur français. Celui-ci a produit son effort dans les sept derniers kilomètres pour 'avaler' les hommes de tête.

Désormais 20e du général, Gino Mäder faisait partie d'une échappée-fleuve comportant initialement 34 coureurs. C'est le coureur de la formation NTT qui a mis le feu aux poudres en attaquant à 18 km de l'arrivée. Ses efforts n'ont pas été pleinement récompensés, mais il a tout de même signé une performance de choix.

Un 2e succès pour Gaudu

A l'altitude de 1965 mètres, le point le plus haut de cette édition, David Gaudu (24 ans) s'est imposé une semaine exactement après son premier succès dans cette Vuelta, déjà dans une arrivée au sommet. Les candidats au podium final ont attendu les 4 derniers km pour s'expliquer, mais à distance des rescapés de l'échappée.

Hugh Carthy (Education First), le premier à dégainer, a été imité par Carapaz, qui a distancé Roglic à l'approche de la banderole des 3 km. Le Slovène, à l'ouvrage, est toutefois parvenu à contenir l'écart sur les pentes exposées au vent violent de la Covatilla, une station de ski sur les hauteurs de Bejar.

/ATS