Promotion du HCA : analyse et commentaire

Le HC Ajoie a fêté ce mercredi soir une promotion historique en National League. Comment est-il ...
Promotion du HCA : analyse et commentaire

Le HC Ajoie a fêté ce mercredi soir une promotion historique en National League. Comment est-il parvenu à valider son ticket pour l’élite du hockey suisse ? Eléments de réponse

Le HC Ajoie uni : une image forte qui en dit long sur l'état d'esprit du groupe. Le HC Ajoie uni : une image forte qui en dit long sur l'état d'esprit du groupe.

C’est une saison qui restera dans les annales. Fort de sa victoire 4-2 en finale des play-off de Swiss League de hockey sur glace, le HC Ajoie a remporté le titre et fêté une promotion historique dans l’élite du hockey suisse. Comment ce HCA cuvée 2020/2021 est-il parvenu à écrire l’une des plus belles pages de l’histoire du sport jurassien ? Décryptage.

Collectif et individualités

Le HCA, c’est tout d'abord une force collective. Il n’y a pas dans cette équipe une ou deux gloires qui n’en font qu’à leur tête. Il y a là une équipe qui travaille ensemble et dans la même direction, une équipe qui se bat pour ses couleurs et qui en est fière. La statistique des tirs bloqués en play-off est éloquente : 21 par match pour Ajoie, 16 pour Kloten, par exemple. Si chaque élément du vestiaire ajoulot apporte sa pierre à l’édifice du succès, il n’en demeure pas moins que des individualités se dégagent. Les étrangers en font bien sûr partie, avec des performances hors du commun (1,76 point par match en saison régulière pour Jonathan Hazen, 1,72 pour Philip-Michaël Devos). Ce dernier est même à 1,75 dans les séries finales. Sur une autre planète. Et puis, les leaders helvétiques ont livré des performances de premier choix. Thibault Frossard a explosé, battant son record de points en saison régulière. Son compère de ligne, Lars Frei, s’est révélé au grand jour. Reto Schmutz a, lui, survolé les play-off avec 23 points en 16 rencontres. Si les chiffres parlent en faveur des joueurs à vocation offensive, il n’en demeure pas moins que le fondement du succès ajoulot a été sa défense. Tim Wolf ou plutôt « le mur de Porrentruy » a arrêté 93% des tirs en saison régulière, 94,4% en play-off, de loin le meilleur gardien de la ligue. Les renforts défensifs Daniel Eigenmann et Anthony Rouiller ont apporté une stabilité remarquable à l’arrière-garde jurassienne, bien épaulés par les routiniers et un Bastien Pouilly qui a pris un sacré galon.

Gestion des situations spéciales

S’il est un élément qui peut décider du sort des séries finales, c’est bien la gestion des situations spéciales. Ajoie a excellé dans ce domaine, étant le 2e meilleur jeu de puissance en saison régulière, le meilleur en play-off. Mais c’est surtout en box-play que le HCA a été étincelant, le meilleur de la ligue du début de la saison à la toute fin avec un 90,2% d’efficacité complètement hallucinant en play-off, même 92,3% en finale.

Coaching gagnant

Le HC Ajoie est bien ancré dans le panorama du hockey sur glace helvétique. Et il le doit en grande partie à un homme : Gary Sheehan. Depuis son arrivée en terre jurassienne, le Québécois a gagné deux championnats, soulevé une Coupe de Suisse et fêté une promotion. Surtout, il a bonifié le vestiaire jurassien en tirant le meilleur de ses hommes. Grand travailleur, fin technicien, Gary Sheehan est de ceux qui travaillent d’arrache-pied, passent des heures derrière la vidéo, à la quête du moindre détail. Ce perfectionniste a été bien aidé par Vincent Léchenne dans le recrutement. Les deux hommes ont affiché des lignes de conduite claires, avec des besoins bien arrêtés. Les choix du duo ces dernières années dans les postes-clés ont été déterminants. Sheehan-Léchenne, c’est une montée crescendo vers la lumière… avec calme et conviction. /mle

Le commentaire de Michel Leoni

L’histoire se répète… le petit Ajoulot qui bat les gros. Kloten, c’était trois fois le budget du HC Ajoie. Mais l’argent ne fait pas tout dans le sport, bien heureusement. La bravoure jurassienne a une nouvelle fois dompté les millions d’un ogre. Le collectif d’une équipe soudée a fait exploser les individualités et les noms clinquants. Bienvenue à Porrentruy, où la passion est reine et où l’impossible n’existe pas. On pourrait louer le caractère du HCA pendant des heures. Mais ce serait oublier le chef-d’œuvre du duo Gary Sheehan-Vincent Léchenne. Tous deux ont bâti cette équipe depuis les fondements et l’ont faite évoluer de mains de maîtres pour atteindre des sommets. Les joueurs mouillent le maillot jusqu’à n’en plus pouvoir, mais proposent aussi un jeu bien léché, fidèle à un plan de match clair et limpide. Les recrutements ont été minutieux, Ajoie a bâti une équipe pour gagner, et gagner encore. Pour monter aussi. Bienvenue à Porrentruy, où on joue au hockey pour s’amuser et pour faire vibrer un public fidèle et fier. Et qui peut l’être.


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus