Plusieurs supporters du HCA frappés d’interdiction de stade

Cinq personnes ont écopé d’une « IDS » et d’une interdiction de périmètre après la bagarre ...
Plusieurs supporters du HCA frappés d’interdiction de stade

Cinq personnes ont écopé d’une « IDS » et d’une interdiction de périmètre après la bagarre entre supporters ajoulots et biennois du 19 décembre, une dizaine d’autres cas sont encore en cours d’investigation

Plusieurs figures importantes des « Enraigi » ont été frappées d'une interdiction de stade. (Photo : KEYSTONE/Georgios Kefalas) Plusieurs figures importantes des « Enraigi » ont été frappées d'une interdiction de stade. (Photo : KEYSTONE/Georgios Kefalas)

Les échauffourées du 19 décembre dernier après le match entre le HC Ajoie et le HC Bienne coûtent cher aux supporters ajoulots. Alors que la police enquête toujours sur la bagarre qui a éclaté après la rencontre près de la gare de Porrentruy, cinq interdictions de stade (IDS) en lien avec ces faits ont déjà été signées par le HC Ajoie et d’autres interrogatoires et identifications sont en cours. Selon nos informations, non-confirmées par la police cantonale jurassienne, une dizaine de cas est encore à l’étude. Selon l’issue des procédures, une quinzaine de supporters ajoulots pourrait donc être frappée d’une « IDS » de trois ans. Parmi eux, on dénombre des figures importantes appartenant au groupe d’ultras des « Enraigi ». Pour les cinq cas déjà tranchés, la mesure s’accompagne d’une interdiction de périmètre qui signifie que les supporters concernés ont également l’interdiction d'approcher la patinoire un soir de match.


Une instruction pénale en cours en plus des interdictions

Selon l’article 18 du Règlement ordre et sécurité du sport d’élite, c’est la police qui, après enquête, dépose une demande de prononciation d’interdiction auprès du club concerné. Le HC Ajoie, par la voix de son président Patrick Hauert, confirme avoir signé tous les cas qui lui ont été soumis. Bien que cette violente altercation se soit déroulée en dehors de ses structures, le club reste partie prenante dans son traitement car les faits se sont produits dans les quatre heures qui suivent la partie, délai durant lequel on considère que les incidents sont liés au match. A ces interdictions s’ajoute le volet pénal de l’affaire qui pourrait aboutir à d’autres sanctions, cette fois prononcées par la justice. L’instruction est toujours en cours auprès du Ministère public jurassien. Dans les rangs jurassiens, neuf supporters faisaient déjà l’objet d’une interdiction de stade pour des violences qui s’étaient déroulées à La Chaux-de-Fonds il y a deux ans. Selon nos infomations, la police jurassienne a également identifié des fauteurs de troubles parmi les supporters biennois et transmettra ces informations à la police cantonale bernoise.


Jets de gobelets et de monnaie sur la glace

Le HC Ajoie a par ailleurs d’autres petits débordements concernant des jets de projectiles à gérer depuis le début de saison. Plusieurs jets de bières ou gobelets sur l’aire de jeu pendant des matches ont été sanctionnés lorsqu’ils touchent un acteur de la rencontre. Montant de la facture : 980 francs par gobelet jeté ! Grâce à la vidéo, le HC Ajoie a identifié 4 à 5 fauteurs de troubles pour ce type de faits. Ils ont été contactés et ont accepté de payer l’addition… plutôt salée pour une bière ! Une autre procédure est en cours cette fois pour un jet de monnaie lors du match contre Rapperswil le 26 novembre. Un geste dangereux puisque les pièces se figent dans la glace et peuvent stopper net un joueur qui passerait dessus avec ses patins et occasionner une blessure. Cela pourrait coûter cher au HCA si l’auteur venait à ne pas être identifié. /jpi


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus