Le HC Ajoie retrouve un CP Berne en pleine reconstruction

Le match Jura-Berne de ce mardi soir (19h45) en National League entre Ajoie et le CP Berne ...
Le HC Ajoie retrouve un CP Berne en pleine reconstruction

Le match Jura-Berne de ce mardi soir (19h45) en National League entre Ajoie et le CP Berne opposera deux clubs qui ont beaucoup changé à l’intersaison. Entretien avec le directeur général des Ours, Raeto Raffainer

Passage de témoin, lors du premier match de la saison vendredi dernier, entre l'ex-CEO Marc Lüthi et Raeto Raffainer (à gauche). (Photo : KEYSTONE/Peter Klaunzer) Passage de témoin, lors du premier match de la saison vendredi dernier, entre l'ex-CEO Marc Lüthi et Raeto Raffainer (à gauche). (Photo : KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Le match entre le HC Ajoie et le CP Berne opposera ce mardi soir en National League de hockey sur glace deux clubs en pleine mue. Si le HC Ajoie se « construit » après une première saison de découverte de l’élite, les Ours sont, eux, en pleine reconstruction après une saison ratée soldée par une indigne 11e place et une absence remarquée en play-off. En chef des opérations de reconquête des cœurs et des résultats, l'ancien attaquant Raeto Raffainer, aujourd’hui directeur général du club de la capitale. Tout est allé très vite pour celui qui est arrivé début 2021 comme chef sportif, puis directeur sportif avant de prendre les rênes du club au printemps dernier après la démission de Marc Lüthi.

Raeto Raffainer n'entend pas révolutionner le CP Berne

« C’était un avantage pour moi de déjà connaître l’organisation. Beaucoup de personnes étaient déjà là lorsque je jouais ici entre 2005 et 2008. Et puis j’ai un directeur sportif d’expérience avec Andrew Ebett (joueur du CP Berne entre 2015 et 2020), comme ça je peux déléguer la partie sportive et me concentrer sur les autres choses », commente Raeto Raffainer à propos de son nouveau rôle de CEO. L'ancien joueur bernois aura notamment pour mission de ramener le CP Berne en play-off après l'échec cuisant de la saison dernière. S’il reconnaît qu’il y a « beaucoup de travail », Raeto Raffainer n'entend pas non plus révolutionner le fonctionnement du club. « Ce n’est pas tout qui n’a pas fonctionné, c’est juste le côté sportif parce que l’on n’a pas pu investir de l’argent dans l’équipe après la crise du Covid. Durant la crise sanitaire, notre modèle économique avec les restaurants de la patinoire n’a pas fonctionné, et cela s’est répercuté sur les finances et sur les résultats. Mais maintenant, on est en train de reconstruire le projet sportif ».

Raeto Raffainer se méfie du HC Ajoie qui est « devenu compétitif »

Et cela se voit lorsque l’on regarde le mercato bernois à l’intersaison avec une quinzaine de départs et autant d’arrivées. De lourds changements qui commencent doucement à porter leurs fruits puisque Berne vient d’enchaîner deux victoires d’affilée le week-end passé après trois défaites inaugurales. Raeto Raffainer demande du temps. « C’est clair qu’il faut être patient parce que, normalement, tu ne changes que quatre ou cinq joueurs. Là, c’est une quinzaine ! Ce n’est donc pas avec sept semaines de préparation seulement que tout va rouler. Cette équipe a donc besoin de temps. On a aussi joué avec trois étrangers seulement les premiers matches, donc on n’a pas de stress ! », sourit le directeur général qui connaît parfaitement la « pression » propre à ce club qui exige des résultats rapides. Mais Raeto Raffainer veut d’abord voir son équipe bien jouer au hockey, conscient que les qualités de l’effectif finiront par se révéler sur la durée. Les Ajoulots sont prévenus. /jpi


 

Actualités suivantes

Articles les plus lus