De Cornol à New York

Près de 500 habitants du village ajoulot ont traversé l’Atlantique entre la fin du 19e et le ...
De Cornol à New York

Près de 500 habitants du village ajoulot ont traversé l’Atlantique entre la fin du 19e et le début du 20e siècle, se rendant principalement aux Etats-Unis. L’historienne bruntrutaine Marie-Angèle Lovis a retracé leurs parcours

L'historienne bruntrutaine Marie-Angèle Lovis a réalisé un conséquent travail de recherche pour présenter son ouvrage « Un village suisse émigre, le cas de Cornol dans le canton du Jura (1815-1956) ». L'historienne bruntrutaine Marie-Angèle Lovis a réalisé un conséquent travail de recherche pour présenter son ouvrage « Un village suisse émigre, le cas de Cornol dans le canton du Jura (1815-1956) ».

Plus de 6'000 kilomètres et un océan séparent Cornol de New York et pourtant près de 500 habitants du village ajoulot ont émigré en Amérique entre la fin du 19e siècle et le début du 20e siècle. Quelque 98% de ces Jurassiens se sont installés aux Etats-Unis entre 1830 et 1930 et une bonne partie s'est arrêtée à New York. Une légende urbaine dit même qu’il y aurait une « Cornol Street » dans la ville américaine, pour exprimer l’importance de cette migration.


Un ouvrage pour la mémoire de centaines d’émigrés

L’historienne bruntrutaine Marie-Angèle Lovis raconte ce phénomène migratoire, pan de l'histoire de Cornol, dans son ouvrage « Un village suisse émigre, le cas de Cornol dans le canton du Jura (1815-1956) », publié le mois dernier aux éditions Alphil. Elle a réuni de nombreux documents, récoltés dans le Jura ou aux Etats-Unis, pour reconstituer le parcours de plusieurs centaines d'émigrés.

Une « Cornol Street » à New York et autres légendes urbaines

Il y a plus de descendants de ressortissants de Cornol aux Etats-Unis que d’habitants au village


Le « cas Cornol »

L’histoire migratoire de Cornol n’a suivi ni le rythme ni les contingents des migrations observés dans la région. Selon Marie-Angèle Lovis, « les premiers habitants de Cornol partis en 1880 ont fait une telle publicité auprès de leur famille et cela a fait boule de neige », avance-t-elle pour expliquer les vagues de départs spécifiques au village ajoulot. 

Les raisons du départ

Les Ajoulots qui traversaient l'Atlantique à bord d'immenses paquebots étaient souvent des personnes jeunes et se sont facilement intégrés outre-Atlantique, par le biais des églises, de la naturalisation ou de l'armée pour les hommes, explique Marie-Angèle Lovis. « Mais ils gardaient des liens assez étroits entre eux », précise-t-elle.

La vie des émigrés ajoulots à New York

Sur les pas des émigrés de Cornol

Marie-Angèle Lovis, animée d'un incroyable devoir de mémoire collective, s’est rendue en bateau à New York en 2016, sur les pas des habitants de Cornol. Ces émigrés ont laissé de nombreuses traces, encore bien visibles aujourd'hui. La Bruntrutaine a retrouvé les habitations de Jurassiens dans le Queens ou une église fréquentée par eux notamment. /mmi 

Les traces contemporaines de ces migrations

Statistiques des départs de Cornol pour l'Amérique (image : Marie-Angèle Lovis). Statistiques des départs de Cornol pour l'Amérique (image : Marie-Angèle Lovis).



Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus