Impact masqué pour le HC Ajoie

Le président du club de National League se montre philosophe face à l’instauration du port ...
Impact masqué pour le HC Ajoie

Le président du club de National League se montre philosophe face à l’instauration du port du masque dans les grands rassemblements en intérieur dans le Jura. Il peine toutefois à chiffrer les conséquences pour le HCA

Comme samedi face à Lausanne, les joueurs du HC Ajoie vont retrouver un public masqué jusqu'au 24 janvier (photo : Georges Henz). Comme samedi face à Lausanne, les joueurs du HC Ajoie vont retrouver un public masqué jusqu'au 24 janvier (photo : Georges Henz).

Le HC Ajoie va devoir patienter avant de revoir des sourires sur les visages de ses supporters. Il faut se munir d’un masque dès ce mercredi pour assister aux rencontres des « jaune et noir » à Porrentruy dans le championnat de National League. Le Gouvernement jurassien en a décidé ainsi pour lutter contre le coronavirus. Il a communiqué des mesures supplémentaires et va plus loin que le Conseil fédéral et la direction de la National League. Ainsi, même avec un certificat 2G (vacciné ou guéri), le port du masque est obligatoire en intérieur lors des rassemblements de plus de 300 personnes jusqu’au 24 janvier. Président du HC Ajoie, Patrick Hauert fait contre mauvaise fortune bon cœur. « Aujourd’hui, ok, on a le masque, mais au moins on voit un match. » L’homme fort du club à la Vouivre juge ces mesures « supportables ».


Une fréquentation en baisse

Patrick Hauert ne se voile pas la face quant aux affluences des prochains matches du HCA. « L’impact sera forcément sur une partie des entrées. Sur notre centre, on avait 200 personnes qui se faisaient tester par match en moyenne. On aura donc en tout cas ce nombre là en moins à chaque partie », détaille-t-il. Et ces mesures pourraient aussi se ressentir dans le chiffre d’affaires des buvettes du club, même si le président d’Ajoie avoue que son club « n’a pas été tellement impacté samedi passé » à ce niveau. Le public devait alors déjà porter un masque, mais le certificat 2G n’était pas encore imposé. Patrick Hauert craint surtout « qu’on aille encore plus loin. On n’aimerait pas se retrouver dans la même situation que la saison passée (matches à huis clos) ou avec une diminution drastique de la capacité de la patinoire ». /msc

Patrick Hauert : « Au moins on voit un match »


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus