Notre dossier Charlie Hebdo, un an après les attentats

La Une de l'édition spéciale de Charlie Hebdo, un an après les attentats La Une, condamnée par le Vatican, de l'édition spéciale de Charlie Hebdo, un an après les attentats.

"Je suis Charlie". Cette phrase résonne à nouveau à travers le monde. Il y a un an, le 7 janvier 2015, le journal satirique était la cible d’une attaque terroriste islamiste. Huit collaborateurs de la rédaction avaient été tués, de même qu’un invité, un policier et un agente de maintenance.

Découvrez les réactions, contrastées, de nos invités face à cette Une de Charlie Hebdo. (A écouter uniquement depuis un ordinateur.)

La réaction, outrée, de l'abbé François-Xavier Amherdt

 L'abbé François-Xavier Amherdt (Source de l'image: Université de Fribourg)

Le monde chrétien est scandalisé. Le Vatican condamne fermement la Une de l’édition de mercredi de Charlie Heddo, tirée à environ un million d’exemplaires. Le journal satirique français a, en effet, publié une photo d’un Dieu barbu armé d’une kalachnikov et avec un habit ensanglanté. L’illustration est assortie du titre « un an après, l’assassin court toujours ».

« Détestable »

François-Xavier Amherdt a jugé cette Une de « détestable ». Selon, l’abbé et professeur de théologie à l’Université de Fribourg, « on cultive cet amalgame : toutes les religions sont sources de violence. Le cœur du christianisme est pourtant bien de briser la haine, la violence et la corruption et de bâtir la paix ».

« Étonné et indigné »

Il a été surpris, agacé et indigné de découvrir cette page de couverture « car ça jette inutilement de l’huile sur le feu. Pourquoi assimiler le Dieu des chrétiens aux violences qui peuvent hélas parfois être associées au terrorisme islamiste », questionne François-Xavier Amherdt. L’abbé et professeur de théologie à l’Université de Fribourg explique, par ailleurs, que cette photographie n’aide pas à calmer le jeu dans un contexte où l’on doit, au contraire, travailler pour le dialogue interreligieux, la paix et la compréhension mutuelle. /bbo

La réaction du dessinateur suisse Chappatte

Le dessinateur Chappatte

Chappatte défend la liberté d'expression, malgré les critiques dirigées contre la Une de Charlie Hebdo. /msa

La réaction du dessinateur suisse Barrigue, cofondateur de Vigousse

Barrigue, dessinateur suisse et cofondateur de Vigousse.

La France commémore le drame dans l’émotion, qui reste très vive. C’est aussi le cas dans la profession. Mais pour le dessinateur de presse et cofondateur de l’hebdomadaire Vigousse, Barrigue, le métier ne doit pas accaparer le débat. /iqu

Reportage dans un kiosque de Pontarlier

Ville de Pontarlier, France (Source de l'image: www.ville-pontarlier.fr)

Le journal satirique était disponible en France dès mercredi. Nous nous sommes rendus dans un kiosque de Pontarlier, en France voisine, pour prendre le pouls. Reportage. /msa

Un dossier réalisé par les rédactions de RFJ, RJB et RTN.

07.01.2016 - 15:05
Actualisé le 07.01.2016 - 15:15

Articles les plus lus